dimanche 25 novembre 2018

10 Ans !



Ilbéric Brandebouc, le hobbit narrateur des aventures de Mitheglath et de la...
célèbre Hoth Lithui, une compagnie de mercenaires évoluant dans les Terres du Milieu.



Il y a quelques jours, ce blog fêtait ses 10 ans. J'ignorais quelle serait sa destinée quand je l'ai commencé. Je voulais juste faire partager quelques trucs et quelques créations que je trouvais dignes d'intérêt.

  Je suis très fier des retours que vous me faites sur celui-ci..

  Si je devais résumer ces 10 années, je dirais que j'ai beaucoup plus de plaisir à créer mes propres décors que à construire des modèles du commerce, que j'ai plus de plaisir à créer, qu'à peindre des figurines.
  Si je commence à faire quelques conversions de figurines, ça n'est pas quelque chose de facile pour moi. Je ne suis ni bon dessinateur, ni bon sculpteur.

Au niveau de l'activité du blog. Vous êtes une quarantaine à le suivre réellement.
Il totalisait presque 79 000 pages vues à la date anniversaire des 10 ans.
La fréquentation s'accélère beaucoup depuis 3 mois, grâce au FB et ses groupes spécifiques, où chaque membre est, à priori, intéressé par le sujet mis en ligne.

Détail des tops:
Les articles les plus consultés sont :
EntréePages vues
19 févr. 2011, 2 commentaires
3086
24 févr. 2009, 7 commentaires
1326
23 févr. 2009, 2 commentaires
1076
828
5 oct. 2012, 2 commentaires
733
 

Si l'on considère leurs anciennetés respectives, on peut conclure que le premier bat vraiment les autres, en nombre de consultations. Il est vrai que j'y expliquais comment fabriquer des tipis, beaucoup plus jolis et réalistes que ceux proposés dans le commerce. Cet article a été beaucoup copié et j'ai vu des articles similaires, en anglais, largement plus populaires, mais postérieurs au mien.

Le second est un des articles le plus ancien. A cette époque, les photos de mon mumak apparaissaient en première page Google quand on faisait une recherche sur ce thème. Sans doute étais-je un des premiers à l'avoir autant customisé. Il y en a eu bien d'autres depuis, qui l'ont relégué au rencart. 

Le troisième est moins surprenant, tant toute personne s'adonnant à ce loisir doit passer par la réalisations de collines. J'y expliquais une technique de base, simple, peu chère mais efficace.

Plus étonnant est ce quatrième article, par ordre de consultation. Il est le seul que j'ai consacré à un jeu de plateau, en l’occurrence "Baston". Un jeu devenu rare mais dont les joueurs cherchent apparemment de nouveaux scénarios. Dans les faits, il y en a eu très peu de proposés (d'après ce que j'ai pu voir). Cet article fait donc référence pour les adeptes de ce jeu. Je crois pouvoir affirmer que c'est, en plus, un bon scénar, qui change des autres.

La transformation de la barque playmobil est aussi une surprise. Sans doute la récurrence du mot "playmobil" est une des raison de sa popularité.

Quelques autres "succès":

L'article le plus drôle reste incontestablement celui du 1er Avril  2010. Qui avait eu 500 visites le 1er jour. Je pensais à cette connerie et ces montages, des mois avant d'écrire l'article.

Deux articles "critiques de jeu" font références pour les francophone:

D'une part, celui sur volley and Bayonets et d'autre part, celui sur 6 gun sound.
qui m'a même valu un message de Bob Minadeo, l'un des deux américains créateurs du jeu.
  Ce ne sont pas des jeux extrêmement répandus en France mais on me sollicite encore parfois à leur sujet. Je précise que je n'ai aucune récompense ou rétribution pour ces mises en avant. Ce sont juste des jeux qui ont retenu mon intérêt et pour lesquels j'ai eu envie de rédiger une critique, afin d'en faire connaître les méchanismes.

Quel avenir pour ce blog? 

  Et bien j'ai encore pas mal de projets de construction et de réalisations, d'articles inachevés en attente. J'arrive dans ma cinquantième année. J'ai décidé de consacrer plus de temps à ce loisir qui me permet de bien décompresser d'un quotidien plutôt morose. Il y aura donc, d'autres belles choses à venir.
  Je sais que attendent  l'article complet sur la réalisation de mon château japonais, (qui reste ma réalisation les plus énorme en temps et la plus complexe en architecture). Ça vient, il faut juste que j'achève les intérieurs et que je retrouve les photos de toutes les étapes de constructions (photos éparpillées depuis 9 mois).

  Je suis particulièrement concentré sur le Japon médiéval actuellement avec une grossa demande de jeu de la part de mes amis, mais je n'oublie pas le Far-West, avec un projet qui continue de mûrir dans ma tête. J'espère aussi un retour prochain de parties "1er Empire" qui sont et restent un autre grand centre d'intérêt pour moi.

Vos avis sont les bienvenus:

  Cet anniversaire doit être l'occasion de fire le point N'hésitez pas à me dire ce que vous avez aimé, ce que vous aimeriez voir développé et/ou expliqué à l'avenir, en commentaire.  (Et puis, ça me servira aussi à voir qui aura pris la peine de lire jusqu'ici ^_^).


Cadeau d'anniversaire:

Parce qu'un article sans photos, c'est triste! Voici quelques photos inédite.





Et enfin, un déploiement de troupes du Lion pour un grand scénario "Clan War".


jeudi 22 novembre 2018

Échoppes, marché et biens pour le quartier commerçant japonais.



Grâce à la contribution de quelques internautes et de Charles-Pierre (qui se reconnaîtra et qui a mis sa femme, japonaise, à la recherche), j'ai pu trouver suffisamment d'infos pour réaliser le quartier commerçant de ma ville.

Pour les bâtiments, j'ai fait du scratchbuild ou acheté des échoppes "TT Combat" que j'ai modifiées quelque peu, pour les rendre plus authentiques et les différencier l'une de l'autre.

La vendeuse de poteries chinoises: 

Figurine AW miniature (ex-Museum Miniatures). Le bâtiment a été construit par mes soins. Carton fort, papier peint gaufré, carton-plume, balsa et bois, carton ondulé.

Échoppe de poterie chinoises, scratchbuilt, avec mur coupe-feu de part et d'autre.

Les poteries sont issues de moules en caoutchouc ou de blisters d'accessoires.
Je les ai peintes selon mon inspiration ou des sources historiques (Musée, livres).
La caisse laquée, du gros vase au dragon, a été réalisée  en carton fin et peinte à la peinture à maquette brillante. Les anneaux par où passent les brancards sont en laiton (modélisme naval), peints en noir brillant.

Détail de la peinture des vases (sources historiques, essentiellement). 

Le stand de la poissonnière:

La poissonnière avec son poisson. Figurine AW miniature.

Les poissons sont sculptés en green-stuff. Les couteaux sont en fil de cuivre martelé et recoupé.

Détail des poissons peints. J'ai adjoint des seaux aux stands.

On en mangerait ! Le travail de peinture à réussi à sauver leur apparence parfois bizarre.
 Les poissons ont été sculptés au green-stuff puis peints avec des peintures acryliques auxquelles j'ai ajouté de "l'argenté", pour simuler les écailles. Les stands sont en bois ainsi que le cageot et la planche à découper.
Les couteaux sont en fil de cuivre, martelé et redécoupé au cutter.
J'ai ajouté des seaux. J'avais expliqué comment en fabriquer soi-même  ici.

La vendeuse de fruits: 

Figurine Perry.
Petites boules de green-stuff, fendues.
Pour les plateaux, des cupules de glands  découpées à la scie à découper.
Ça vous fait des paniers (à gauche) et des chapeaux de laîche (à droite.
 Pour les paniers destinés à accueillir les fruits, j'ai choisi de petits glands dont j'ai ôté la cupule. J'ai soigneusement coupé ces cupules à la scie à découper, pour conserver ces "anneaux" à structure grumeleuse, idéale pour faire mes paniers. Une fois collés sur le tatami, je n'avais plus qu'à les remplir de mes prunes et le tour était joué.

La boutique du maître laqueur:

Boutique TT Combat améliorée (plancher, auvent, toit de tuiles, lampions...)
La base, est la boutique vendue par "TT Combat", ma marque de décors préférée du fait de leurs rapport qualité-prix imbattable. Je suis en outre, admiratif de la beauté de leurs shoji. Ils sont variés et très fins.
  Je leur ai écrit pour qu'ils en produisent, disponibles à la vente séparément, pour les scratch-builders comme moi. Il est en effet très difficile de fabriquer de beaux shoji soi-même. Pour l'instant, ils ne donnent pas suite à cette idée mais si d'autres personnes le demandaient, qui sait?
  J'ai expliqué comment faire les lampions ici.
  Pour les pots et les objets laqués, ce sont des perles, coupées en deux (bols) et des perles de bois évidées à la perceuse. Les plateaux sont en papier, les sayas, ceux de  figurines Warlords.
  Les grosses caisses laquées, sont en carton fin et s'ouvrent, pour pouvoir accueillir les poteries chinoises. N'oubliez jamais ! Les japonais sont les champions de l'emballage et devaient protéger leurs objets précieux des séismes fréquents.

Perles de bois évidées à la perceuse pour faire des pots (avant/après).
Toutes les laques ont été peintes à la peinture à maquette brillante.

 
Le facteur d'arcs:


Le stand du facteur d'arc. Les carquois sont des AW Miniatures.
Les arcs sont ceux de figurines Warlords, les cordes sont faites en plastique étiré.
Les cordes de rechange sont de fin fils de cuivre peints.
Détail de la fabrication de trois types de flèches (Warlord) et des cordes.
 Les arcs et les flèches ont été prélevés sur des grappes d'archers "Warlord Miniatures".  J'ai transformé les flèches pour en faire une perce-armure et une coupe-cordage (transparent sur la photo). Pour le plastique étiré, je vous explique comment faire ici.
Les fils de cuivre ont été enroulés autour d'un petit clou pour faire ces petits rouleaux.

Le magasin de soieries: 

Il s'agit, là encore d'une base de magasin "TT Combat" améliorée.
Mes coupons de soies. Tant de choix, ça fait rêver, hein?
Les tables sont en bois. Les deux piles de tissus à gauche sont aimantées et un autre aimant se trouve collé sous la table.
 Pour les soieries, (qui sont toujours un succès, chez l'Ambassadeur), il s'agit de petits bouts de mouchoirs en papier encollés et repliés sur eux-même. Ils ont ensuite été peints. Variété, motifs et couleurs de toutes sortes bienvenus. Dans l'épaisseur de certaines piles de soies, j'ai dissimulé un aimant, puis un autre dans un trou à mi-bois sous la table afin que ces piles tiennent bien en place, mais aussi que l'on puisse les retirer (cadeau à un seigneur par exemple). Tout comme je voulais que mes poteries puissent être protégées dans leurs boîtes laquées, pour pouvoir être transportées et offertes. J'ai peint tous les motifs de mes soieries une nuit d'insomnie, à la lumière artificielle. Malgré cela, c'était plutôt réussi.

L'artisan nattier:

Il a ses outils pour tresser le paille de riz et du galon pour border les tatamis.
 Les nattes ont été fabriquées en collant de la moustiquaire plastique sur des bouts de cartons de 2 x 4 cm de côté. Puis ils ont été peints et brossés. La hachette a été fabriquée au green-stuff et la paille sur le tatamis en fabrication, est de l'herbe statique synthétique, peinte aussi. Les rouleaux de rubans sont des perles en bois, cylindriques, auxquelles j'ai ajouté une bande de mouchoir en papier encollé. On peut noter qu'il a plusieurs qualités de tatamis à proposer, l'une, ordinaire, l'autre plus richement décorée (Vive les séries de la NHK !).

 Le marché couvert : 

on peut y voir un vendeur de riz et une vendeuse de cotonnades.
Pour la fabrication des ballots de riz, je vous renvoie au lien suivant.

 La paillote est en bois et en carton avec de la fausse fourrure peinte, dessus. La faîtage est en enduit de rebouchage. Figurines: Perry, AW, et Depot miniatures.



La vendeuse de saké: 

figurines Perry et Depot Miniatures. Saké emballé : TT combat.
L'étal est en bois, mouchoir en papier et fil (pour les ligatures). Le flacon de saké est un moulage en plâtre et les "pots" de différentes tailles sont des cylindres de bois autour desquels, j'ai fait un sillon circulaire à la scie à découper.

Le tonnelier :

Le fabriquant de seaux et de tonneaux.


  Voilà pour mes commerces. Ils ont été l'objet de mon attention ces trois derniers mois. Il me reste à finir une forge, un stand de kimonos, un autre de vêtements de pluie et de chapeaux coniques en laîche et un fabriquant d'ombrelles.
  Je ne crois pas avoir encore vu sur le net, de marché japonais digne de ce nom en 28 mm. C'est avec plaisir que je vous fait partager mes idées. 

mardi 20 novembre 2018

L'unification HOJÔ (compte-rendu de partie Argad - Sengoku)


Samedi 27 Octobre, nous avons joué la suite de nos aventures argadiennes dans la période Sengoku. L'histoire se passe 6 mois après la dernière partie que vous pouvez retrouver ci dessous:
https://euthanasor-wargamesetmodelisme.blogspot.com/2018/04/la-vengeance-dichi-compte-rendu-de.html

La partie s'est déroulée au "24h du Jeu" à Theix . Elle regroupait 14 joueurs (!!!) avec chacun des troupes et des objectifs spécifiques. Elle m'a demandé 3 mois de préparation intensive pour réaliser les décors dont j'avais besoin (le marché et les commerces) ainsi que peindre les figurines nécessaires à chacun et rédiger les 20 pages de rôles et de contexte. Pour les idées d'intrigues et d’événements, elles étaient en germe depuis la partie de Mars.
Plus de 300 figurines ont été déployées sur les 4 tables représentant le nouveau domaine HOJÔ et sa périphérie.
3 heures d'installation. Un bref briefing et  c'était parti pour 5 heures de jeu.
Denis a fait un travail formidable dans la réalisation des décors, produisant de nombreuses maisons, résidences, le monastère, des arbres à gogo, des montagnes des rivières et même un château supplémentaire  !
  Une aide et un soutien inestimable qui ont permis de réaliser ce qui pour moi, restait un défi énorme. 
  Cette partie, si elle a été pure Rôle-play (il n' y a pas eu de combat, hors un meurtre dans les bas quartiers de Kamakura) m'a permis de savoir les positionnements de chacun, dans la lutte qui va opposer les nouvelles factions en présence.

Un aperçu de la première table.
Les joueurs:
Je ne peux décrire les missions de chacun sans révéler leur rôle réel et leurs objectifs cachés.
  Denis, ex-SASA Suchiro, l'héritier bâtard des HOJÔ, a repris le nom de son père  et se fait maintenant appeler HOJÔ Yoshimoto
Il a repris ses armoiries (Mon) de son père afin d’accroître sa légitimité. Il a récupéré l'essentiel des terres Nakagawa, la ville de Kamakura, et le château mais pas le trésor Nakagawa qui a disparu avant l’embuscade au château. Yoshimoto vit  dans le château d’Odawara. Il a fait construire un nouveau monastère bouddhiste pour Kônen (Jacques) et a confié celui des NAKAGAWA à Yoshimura (Ehouarn). D’autres promotions ont eu lieu : CHIBA Hiraku (Patrice) devient Hatamoto (conseiller) et organise désormais sa résidence et la surveillance des otages des autres vassaux. TOKI Hiyorasu (Charles) a été promu gouverneur de Kamakura, et Hisaki (Laurent) le ronin, s’est vu octroyer l’ancien fief de Hiraku. Ses autres vassaux sont OKUDA Takao (Jean-Jacques), et il n'a pas encore obtenu la soumission officielle de ABE Ichiro, SUGANUMA Goro et OBA Tomasu, qui sont d’anciens vassaux périphériques des Nakagawa. 
Yoshimoto doit faire régner son autorité sur tout le nouveau territoire (province complète) restaurer la prospérité de la province et assurer sa sécurité. Se prémunir de ses voisins qui pourrait profiter de la désorganisation actuelle.
Il a aussi intérêt à trouver qui a tué son père, afin de faire taire les rumeurs et de définitivement clarifier la situation auprès de tous les vassaux qui le suspectent encore.
La partie commence par un conseil, où Yoshimoto réunit tous ses vassaux héréditaires et leurdonne ses ordres.

CHIBA Hiraku (Patrice), a été promu hatamoto et gardien de la résidence. Il se voit confier par son daimyo la charge d'enquêter sur la mort de feu HOJÔ Yoshimasa. Dans les faits, il se perdra beaucoup en route et se laissera distraire. A l'issu de la journée, il n'avait encore interrogé aucun des témoins clés. 

   Yoshimura (Ehouarn), le ronin au parcours obscur, a été rappelé par Yoshimoto, qui lui a confié la charge du château ex-Nakagawa malgré l'opposition des vassaux héréditaires. Yoshimoto, espère, ce faisant, ce concilier les bonnes grâces du ronin et peut-être qu'il serve d'intermédiaire pour recruter Ichi, dont-il voudrait s'adjoindre les services. 
  Comme châtelain, Yoshimura va se révéler infect. Abusant de son pouvoir, il rackettera, volera, emprisonnera, insultera visiteurs et vassaux traditionnels. Malgré tout cela, il conservera l'appui de son daimyo, au risque d'ulcérer les samouraïs qui étaient au service des HOJÔ depuis les origines du clan. L'un d'entre eux,   TOKI Hiyorasu (Charles), gouverneur de Kamakura, fou de rage devant l'attitude odieuse de Yoshimura, dépassera les bornes et sera contraint au seppuku par son seigneur. De fait, Yoshimura a complètement délaissé l'enquête concernant la mort de son maître, aveuglé par ce nouveau pouvoir et l'argent facile.

   OKUDA Takao (Jean-Jacques) est le seul, parmi les vassaux héréditaires, à ne pas avoir été récompensé dans les conquêtes récentes. Stupéfait des places accordées à d'obscurs ronins par son nouveau seigneur, il reviendra cependant en grâce et récupérera le fief de l'infortuné Hiyorasu.

  Hisaki (Laurent), Ronin loyal à Yoshimoto depuis qu'il l'a recruté au début de la guerre contre les NAKAGAWA,  se voit doter d'un petit fief. 

  OBA Tomasu (Didier), a été sorti des geôles NAKAGAWA par Yoshimoto. Cette libération en fera-t-il un vassal indéfectible? Difficile à déterminer pour l'instant mais Tomasu, le chrétien, prêtera hommage d'emblée à Yoshimoto. Il est en fait très préoccupé par autre chose, l'arrivée d'un père Nanbanjin, qui doit venir, à sa demande, évangéliser la région. 

ABE Geshin (Polig) Fils d'un ancien vassal des Nakagawa, il n'a pas rejoint Yoshimoto. Il s'est rangé sous la bannière des Takeda. Yoshimoto a bien tenté de l'intimider pour le faire changer de camp mais contraint par la présence d'otages chez les Takeda, le jeune samurai n'a pas tourné sa veste. Yoshimoto n'a pas souhaité en guerre ouverte contre son puissant voisin. 

SUGANUMA Goro, ji -samurai vassal de Geshin. Il essayera de survivre en vendant ses flèches à Kamakura. Racketté, suspecté d'être un espion, il échappera de justesse à la torture mais sera séquestré une bonne partie de la journée dans le donjon Nakagawa. Il sera finalement libéré faute de preuves contre lui et du fait d'une maladie contagieuse. 

Ichi (Marianne) était bien sûr, présente, bien que soigneusement cachée sur l'une des table. Ichi a continué ses intrigues et ses enquêtes en toute impunité (les ninjas sont réellement invisibles. Ça n'est pas un mythe !) pendant la totalité de la partie.
D'innocentes musiciennes en tournée.
 Kônen (Jacques), est toujours à la tête des moines bouddhistes. Réconcilié avec les HOJÔ après la construction du nouveau monastère par Yoshimoto. Il a poursuivi ses activités sans s'inquiéter de l'arrivée du christianisme dans la région. 

Tadakatsu, incognito, sur les anciennes terres de son neveu.
Eric, menait un petit groupe d'hommes venu via la frontière HARU, parmi lesquels quelques-uns des joueurs auront pu reconnaître NAKAGAWA Tadakatsu. Le vieil oncle de feu le seigneur NAKAGAWA. 

  Certains se souviendront peut-être qu'il menait le convoi qui avait quitté le fief NAKAGAWA et était tombé dans un piège, déclenchant la guerre qui sera funeste au clan NAKAGAWA.
Le vieux Tadakatsu,à la tête du convoi qui tombera dans le piège HOJÔ sur le pont (voir le premier épisode de la campagne). 
Certes, il est "retiré" et ne peut plus prétendre à joueur un quelconque rôle dans la province mais: Que venait-il faire à Kamakura? Qui étaient les hommes qui l'accompagnaient?
HITOTAME Nobutame (Guillaume). Guillaume a repris le précédent personnage de Matthieu, absent ce jour. Médecin connu de Kamakura, Nobutame avait essayé de se venger des HOJÔ suite au décès de sa fille. Après avoir disparu quelques mois, il est réapparu à KAMAKURA où il est très populaire. Il a repris son activité  de médecin. Quel rôle a t-il joué? On dit que c'est lui qui a examiné le jeune Goro en prison. A t-il menti sur le diagnostic afin de faciliter sa libération? Vous n'en saurez rien, ici.

Précisions et ajouts sur les règles:
  Depuis le début du jeu, j'avais attribué des "scores" de "loyauté" envers leur employeur, à mes PNJ. Là, je les ai ajoutés aux PJ, afin qu'ils puissent avoir le choix de laisser faire le hasard en cas de proposition de trahison et pour refléter leurs changements de position en rapport avec les circonstances. (Exemple: servir un bâtard:  -1 en loyauté, se voir reconnu et promu: +1... etc), ainsi que des faiblesses (certains personnages pouvaient en avoir une: alcoolisme, dépendance pour les femmes, etc... ) ceci afin de pouvoir permettre à des espions d'intriguer, contre ces personnages. En fait , je me suis fabriqué 6 dés qui me donnent tout ça en un tirage unique.

Les quatre tables, réparties ainsi: 

Table 1                                        Table 2

Table 3                                        Table 4


  Les joueurs pouvaient passer d'une table à l'autre et se plaçant au bord de la table pour aller vers la voisine et en attendant un "changement de jour". C'est moi, arbitre  qui scandait les changements de jour, quand chacun avait achevé ses actions sur chaque table. Ainsi, nous avons respecté les délais qui existaient entre les actions/sites des parties précédentes. Nous avons du jouer une douzaine de "jours" en cet après-midi.

Table 1: Frontière HARU  résidence de CHIBA Hiraku, fief de Hisaki.

Table 2: Les villages de OBA Tomasu et séparés par une chaîne de montagnes avec quelques cols, Le village de ABE Zenshin et SUGANUMA Goro.

Table 3: Table côtière, comportant le château d’Odawara, ou vit HOJÔ Yoshimoto, et le tout nouveau monastère, occupé par les moines de Kônen.

Table 4: Table côtière, la plus grande, comportant l'ancien château NAKAGAWA, géré par Yoshimura, le sanctuaire shintô où reposent désormais les seigneurs NAKAGAWA, une résidence (riche famille de Kamakura, dont la fille est d'une beauté prodigieuse), et la ville de Kamakura gouvernée par TOKI Hiyorasu.

TABLE 1: 
Les cols faisant frontière avec le territoire MURA et la résidence gérée par CHIBA Hiraku.
Les petits fiefs d'OKUDA Takao (auberge et propriété) et d'Hisaki (village rizicole).

TABLE 2: 

Le village du kirishitan, OBA Tomasu et la chaîne de montagnes le séparant de ses voisins.
Le village désormais TAKEDA des ji-samuraïs ABE Zenshin et SUGANUMA Goro.

Le petit temple shintô où prie Gozan, le maître bouddhiste qui avait négocié la paix avec les HOJÔ avant le sournois assassinat d'HOJÔ Yoshimasa dans le donjon Nakagawa.
TABLE 3:

Le château d'ODAWARA, siège du daimyo HOJÔ, HOJÔ Yoshimoto.
Le nouveau monastère bouddhiste, construit, puis offert à Kyonen par Yoshimoto pour sceller la paix et en compensation de la destruction du précédent par son frère.
Le jardin zen du monastère (sublimement constitué par Denis).
Détails du jardin zen.
Les sources chaudes jouxtant le monastère.
TABLE 4:

Le château de Kamakura et la ville s'étendant le long de la côte.

Kamakura. Sa côte, son marché, ses quartiers pauvres. en retrait l'ancien château Nakagawa et le temple shinto ou reposent les tombes des Nakagawa.
Le florissant marché de Kamakura, ancienne capitale impériale.
Les riches marchands importent des soieries et des vases de Chine. Un laqueur expose aussi son artisanat.
La résidence de TOKI Hiyorasu, le malheureux gouverneur de Kamakura.
Le quartier pauvre où vivent les truands et les etas. Un meurtre y aura lieu une nuit.

Le château de Yoshimura et les faubourgs de Kamakura.

 La partie commence alors que tous les vassaux HOJÔ sont rassemblés au château d'ODAWARA. Siege du pouvoir HOJÔ depuis les origines du clan. Le seigneur Yoshimoto va donner ses ordres pour la partie. Au sujet de l'enquête ordonnée par Yoshimoto au sujet de la mort de son père, il sera notamment révélé, en plein conseil, par Yoshimura, qu'il était bien placé pour savoir qui l'avait tué  puisqu'il y était ! Cette révélation stupéfiante ne fera cependant pas plus de vagues que cela.
Les vassaux HOJÔ à l'entrée du château d'Odawara.
Le conseil achevé, chacun se disperse afin d'accomplir la mission attribuée par le daimyo.
A la résidence tenue par CHIBA Hiraku, sont détenues en otage, les familles des autres vassaux. Seuls les ronins n'ont pas livré d'otages, ce qui les rend encore moins fiables.
Le groupe de musiciennes croise le groupe de voyageur venant de la frontière HARU devant la résidence d'OKUDA Takao.
   OKUDA Takao Part inspecter la frontière HARU. Tout y semble calme
  Mais voici que se présente un groupe de musiciennes et de danseuses venues d'au delà du fief Takeda. Elles seront immédiatement classées suspectes et ne pourrons faire leurs représentations que sous très bonne garde.
Hors de question de vous laisser entrer mesdames ! Passez votre chemin !
 Au village ABE, SUGANUMA Goro part pour vendre les flèches qu'il a patiemment fabriquées durant l'hiver. En effet, le fief est trop petit pour suffir à nourrir le ji-samurai. Il ne sait pas encore qu'il va se heurter aux excès de pouvoir des nouveaux maîtres du fief. Immédiatement suspecté d'être un espion, le gouverneur de Kamakura voudra d'abord le faire torturer et c'est finalement Yoshimura qui va l'emprisonner à peine le gouverneur l'avait libéré.

Goro part avec sa cargaison de flèches, fabriquées durant tout l'hiver.
A kamakura, un étrange équipage débarque. Un nanbanjin  et son escorte kirishitan !
 Après avoir été annoncer la venue de cet émissaire étranger à son seigneur, OBA Tomasu se rend à Kamakura pour l'accueillir. Le moment de son arrivée ayant été tiré aléatoirement, le Padre débarque avant l'arrivée de Tomasu. Les autorités ne s'en soucient absolument pas. Il faut dire que le gouverneur TOKI Hiyorasu est déjà aux prises avec le Ronin Yoshimura qui n'en fait qu'à sa tête, rackettant le pauvre Ji-samurai, Goro, puis le retenant prisonnier, lui volant ses chevaux. Il ira jusqu'à pisser sur le sergent du gouverneur, du haut des remparts du château.
  Aucun comité d'accueil donc, pour le premier Nanbanjin à débarquer dans ce coin du Japon. Il arrivait pourtant avec un somptueux cadeau pour le daimyo. Celui-ci viendra ben le rencontrer mais au village OBA, dans les montagnes et il ne montrera aucune curiosité pour l'énorme boîte laquée que ses serviteurs transportaient.
Au village OBA, le débat fait rage entre le moine bouddhiste et les chrétiens. Un samurai kirishitan fait la traduction.
Tout oppose chrétiens et bouddhistes.

 Le seigneur OBA promeut le christianisme sur ses terres. Ses samuraïs se convertissent puis toutes le village. Le plus difficile est de renoncer à vénérer les  kamis de la nature et au culte des ancêtres. Pour les samuraïs, se faire seppuku, c'est à dire se suicider, mène désormais en enfer ! Pour les bouddhistes, le "Crucifié" est forcément un criminel puisque c'est le châtiment qui leur est réservé. Bref, une révolution s'opère dans le petit fief.

A Kamakura, Hiyorasu veut désormais se venger de Yoshimura.

  HOJÔ Yoshimoto a ensuite souhaité concentrer ses troupes à la frontière TAKEDA afin de ramener ABE Zenshin dans son giron. Le pauvre ji-samurai, déjà amputé de Goro, son bras droit, maintenu en détention au château était bien en peine. Sa mère étant otage chez les TAKEDA, il allait être contraint à mourir au combat ou au suicide. Il a cependant tenté de gagner du temps et essayé de faire croire qu'il était mourant afin que les Takeda lui fassent la grâce de libérer sa mère pour qu'elle vienne le voir une dernière fois. La ruse n'a pas pris et c'est un important détachement TAKEDA qui est arrivé pour vérifier la situation. Inutile de dire que Zenshin est désormais suspect aux yeux de son daimyo. Il est fort à parier qu'il mènera l'avant-garde Takeda au premier combat des Takeda, ceci, afin de tester sa loyauté.
Les Takeda ont donc repris le contrôle de la situation sur leur frontière.

Déploiement de force HOJÔ à la frontière TAKEDA.

Les samurai HOJÔ intimident le jeun ABE Zenshin.
Profitant des manœuvres sur la frontière, Hiyorasu fomente une action visant à faire croire qu'il va attaquer son daimyo et quitter la ville avec toutes ses troupes afin que Yoshimura ait quartier libre pour attaquer et piller la ville. Hélas! Yoshimura ne tombera pas dans le panneau et le faux projet de Hiyorasu sera éventé. Ses mouvements de troupe prêtant à confusion, ses tentatives d'explication maladroites et sa perte de contrôle de soi, achèveront le désastre. Yoshimoto le condamne à se suicider. Hiyorasu hésite à se ruer sur l'homme responsable de son humiliation et de son discrédit (ce sera la seule utilisation du score de "loyauté" de la partie).
Hiyorasu se fait seppuku pour éviter l'exécution de sa famille.
 Se faisant, Hiyorasu lave son honneur et rachète ses fautes. Il sauve ainsi sa famille de l’infamie et de la mort.
  Le grand gagnant de cette affaire est OKUDA Takao, qui se voit gratifier du poste de gouverneur de Kamakura en remplacement de son compagnon décédé

Dans les quartiers populaires de Kamakura, un manchot borgne ne va pas tarder à être assassiné.
Le cachot obscur où Goro a été détenu une bonne moitié de la partie...
...avant de voir ses conditions de détention élargies du fait de sa "maladie".
Combat de coqs dans le quartier pauvre.
  Mal conseillé, HOJÔ Yoshimoto ira rencontrer la famille de la belle Hanako en vue de se marier. Mais au dernier moment, devant la porte, il réalisera que ce mariage, aussi séduisante soit la mariée, n’accroîtra pas sa puissance. 
La belle Hanako... ne sera pas pour tout de suite.
 L'heure n'est pas aux mariages d'amour mais bien aux unions politiques. Il lui faudra trouver un meilleur parti afin de renforcer sa position et sa puissance militaire dans la province.
 

Six des particiapants. Les négociations vont bon train.

 Bilan:
Voilà. Impossible de tout retranscrire. Les interactions entre les 13 joueurs entre eux et avec moi ont été incessantes. Je ne suis même pas au courant de toutes les tractations qui ont eu lieu.
Ce fut une journée passionnante mais épuisante. Je n'ai pas eu une seconde à moi, sitôt la partie lancée. J'ai même été accompagné par un joueur pour ne perdre aucun temps quand je suis parti uriner.
Gérer 13 joueurs est possible si on peut répondre rapidement à chacun d'eux. Il faut donc parfaitement maîtriser son contexte (7 mois de cogitations perpétuelles sur le scénario et les possibles m'y avaient préparé).
  Les tables étaient magnifiques, les décors fabuleux. Tous les joueurs semblent avoir passé un bon moment, même les joueurs débutants et peu gâtés par les hasards du jeu (prisonnier).
   Une nouvelle date est annoncée pour la suite. Ce sera au salon dédié au Japon, "Matsuri" de Vannes les 26 et 27 Janvier 2019. Notre table avait été repérée en Mars 2018 par un des organisateur de ce salon.
  Être invité spécialement dans un salon aussi prestigieux est pour moi une consécration. D'ici là, j'ai à nouveau beaucoup à faire. Une partie de la gestion des fiefs se fera par internet avant cela.
  Tous les jalons sont posés pour la suite. Chacun des joueur a choisi son camp. Je peux concevoir la suite à moindre risque.

  Pourtant, tout ne fait que commencer...
A la frontière des terres OBA, une statue de Bouddha a été profanée.