lundi 11 juin 2018

Fabriquer des baquets, bacs et des seaux

Aujourd'hui, bref tutoriel pour vous expliquer comment fabriquer vous même vos baquets et vos seaux.

Voici les étapes pour fabriquer un baquet droit. Mais, j'en ai déjà réalisé un oblique et ovale pour faire une baignoire western.
Pour la découpe des morceaux de balsa je fais une coupe droite, verticale et une voupe dans le biais du bois. J'alterne ainsi leur sens me retrouvant toujours avec une coupe  biseautée à chaque assemblage, épousant mieux la courbure de l'arrondi.
Tout d'abord, choisir votre support. Il donnera la forme et le diamètre de votre baquet.
Je le fiche dans de la pâte à modeler et mets un film plastique autour,
Je colle mes petits bouts de balsa biseautés (simplement coupé en oblique, 1 coupe sur 2)
Je fais coulisser délicatement "l'anneau" de balsas collés de son support.
Puis j'y ajoute le fond. On peu aussi leur coller un opercule de plastique translucide sur le dessus pour simuler de l'eau.
   Un petit coup de papier de verre fin sur l’extérieur du baquet améliore l'arrondi de l'ensemble. quelques bandes de papier serviront de cerclage.

   Pour fabriquer des seaux, c'est un peu plus petit, donc plus délicat. Je suis parti d'une paille plastique pour boire. J'ai découpé des bandes de papier incisées à mi-épaisseur (trait de cutter non appuyé) tous les 2 mm pour faire les facettes et simuler un assemblage en bois et non aussi lisse que le serait un seau en métal.    
   A peu près diamétralement opposé du futur seau, j'ai laissé 2 "sections" plus longues pour y percer un trou et passer l'anse.
   Le perçage de ces trous était impossible avec un forêt d'1/3 de mm. Malgré le petit diamètre de celui-ci, le perçage déchirait le papier, trop fin et trop étroit pour supporter ce traitement. Je me suis alors dit: "Je vais faire fonctionner mon intelligence" => Réussite critique => J'ai percé au feu. C'est à dire, avec une aiguille chauffée au rouge sur une bougie. Trous impeccables, dans lesquels j'ai pu faire passer mes petites tiges de fil de fer.

La bande de papier, incisée tous les 2 mm est enroulée/collée sur la section de la paille.
Pour découper facilement la paille (orange) sans la déformer. Je l'ai enfilée sur une baquette ronde avant de faire des rondelles au cutter.

L'industrie du seau artisanal. Les fonds sont des bouts de cartons découpés à l'aide d'une perforeuse.
Et voilà le travail ! Des bacs de lutte contre l'incendie, pleins d'eau, valables pour le Japon médiéval (mais pas que).

L'eau est faite d'un disque de plastique, découpé dans un couvercle d'un pot de crème fraîche.
  
Je crois que c'est une conception originale. Je suis content de la partager avec vous.

lundi 30 avril 2018

La vengeance d'Ichi (compte-rendu de partie Argad- Sengoku Jidai).

Cette partie fait suite à la précédente, que vous pouvez retrouver ici

Elle se déroule 4 jours plus tard. 

Si elle n'était pas de grande envergure, elle permettait de résoudre l’épisode de la vengeance d'Ichi, indispensable pour que je puisse savoir sur quels personnages et quelle situation tabler pour écrire la suite. Ça a sans doute été un peu frustrant pour les joueurs abusés, mais cet épisode devait être réglé pour pouvoir poursuivre l'aventure.

Jean-Jacques (HOJÔ Yoshimasa), Denis, (SASA Suchiro, son fils, né d'une seconde épouse) poussent leur avantage sur le clan NAKAGAWA en retournant assaillir le château sitôt HOJÔ Yoshihiro, l'infortuné fils héritier, inhumé.

Le secret du saya du wakisashi de Iekira:

En face, il n' y a plus de dirigeants. Le clan NAKAGAWA n'est plus. ICHI-san, la maîtresse ninja, a rencontré Yoshimura, le ronin porteur des sabres de Chinjo Iekira. Elle a apprit de celui-ci que le saya du wakizashi avait été volé à son propriétaire. Or, c'est dans celui-ci que des secrets de son clan de ninjas avaient été cachés. Elle promet de lui donner les informations dont il a besoin s'il l'aide à se venger. En gros, Yoshimura doit faire en sorte qu'Ichi survive. 
Ichi-san, ayant échoué par deux fois à protéger les seigneurs NAKAGAWA, elle est résolue à tendre un piège aux deux seigneurs HOJÔ restants. Elle triomphera ou elle mourra ! 
Elle se cachera dans le château et l'abandonnera, ouvert, aux pillards. Les seigneurs HOJÔ, ne manqueront pas l'opportunité s'en emparer. Il lui suffira de s'extirper de sa cachette, à la nuit, pour les occire. 
Hisaki, lui, poursuit son service auprès de SASA Suchiro et se voit à nouveau confier un détachement.

Pour le terrain de jeu, j'ai strictement repris la partie du terrain précédent qui m'intéressait ,c'est à dire, la zone du sanctuaire shinto et le château, avec son écurie. 

Le terrain de jeu se limite cette fois, au sanctuaire à gauche et au château, au centre.
 La seconde invasion HOJÔ-SASA:

Quand les troupes d'invasion entrent, le château est en proie au pillage. Des paysans, des déserteurs, sont en train d'en voler le mobilier et les réserves de riz. Dans la plaine en contrebas, des détrousseurs achèvent de dépouiller les cadavres.  Tout ce petit monde s'enfuit bien vite à l'arrivée des armées. Seuls les moines contineunt à rassembler les corps afin de procéder à leurs inhumations.
  Suchiro est contrarié de ne pas retrouver son dernier agent qu'il avait envoyé en reconnaissance pour précéder leur arrivée. En fait, ce dernier a été reconnu malgré son déguisement (Il faisait partie des troupes qui s'était introduites dans le château avec l’escorte du faux samurai blessé). Yoshimura n'a pas eu de mal à l'approcher et à le tuer.

Des paysans détroussent les cadavres des combats passés, les moines les rassemble sur des bûchers.
HOJÔ Yoshimasa s'empare immédiatement de l'écurie et saisit un cheval pour son garde du corps.

Hisaki commande à nouveau un détachement de troupes SASA.

Les pillards fuient devant l'avancée des troupes SASA.

SASA Suchiro fait une macabre découverte à l'entrée du château. Les têtes de ses ninjas et de son second sont exposées sur le rempart
Il les fait décrocher par des paysans réquisitionnés.
Au sanctuaire, on achève les funérailles de NAKAGAWA Taketsugu. Les personnes présentes essayent de gagner du temps pour éviter que l'on se rende compte de l'absence de Yoshimura et des ninjas.
Un moine vient expliquer aux envahisseurs qu'il ne faut pas interrompre le rituel. Échaudé par les complications qu'avait provoqué l'incendie du monastère, Yoshimasa accepte facilement.

  Le moine lui annonce que Maître Gozan attend dans le château pour s'entretenir avec lui.

Au premier étage, le vieux maître zen expose aux seigneurs HOJÔ, sa proposition de paix.
 Dans les cloisons, derrière des panneaux escamotables, Ichi-san, ses ninjas et Yohimura, attendent leur heure, sous la toiture. Ils hésitent un moment à tenter l'assaut, tous les samouraïs étant rassemblés, mais se ravisent et décident d'attendre la nuit. Maître Gozan explique qu'avec la mort de Yoshihiro le profanateur, les moines bouddhistes s’estiment satisfaits. Yoshimasa, soucieux de bonnes relations futures, propose de faire reconstruire le monastère à ses frais. Maître Gozan accepte de bonne grâce et quitte le domaine, emmenant tous les moines bouddhistes (et le forgeron) avec lui. Les moines resteront désormais neutres dans leur relations avec le clan HOJÔ.

Au sous-sol, un homme se prétendant samouraï est extirpé du cachot. Suchiro l'interroge longuement pour apprendre qu'il était emprisonné pour sa vénération pour Iesu Kirisuto.
A la nuit tombante, les troupes combinées SASA et HOJÔ encerclent la colline boisée abritant le sanctuaire. Ils seront prêt à attaquer le lendemain.
Alors que SASA Suchiro décide de dormir avec ses troupes dans la plaine, HOJÔ Yoshimasa hésite et va finalement dormir dans le donjon avec son porte-bannière. Sûr de lui, il confie les troupes à son garde du corps, près de l'écurie. Son porte-bannière et lui ne tardent pas à s'endormir.
Yoshimura, Ichi-san et ses ninjas sortent alors de leur cachette. Cette situation m'a permis de tester mes règles de mouvement furtif. A chaque mouvement, chaque personnage faisait un test de "bruit". Sur un échec critique, les éventuels auditeurs faisaient un test de "repérage" pour savoir s'ils donnaient l'alarme.
  Dans les faits, les ninjas parviendront aisément au seigneur HOJÔ et le tueront dans son sommeil. L'alarme ne sera donnée qu'après leur forfait accompli, au moment où le groupe décide de s'éclipser grâce à des grappins via le rempart. Trop de troupes ennemies se tenaient dans la basse-cour.
Les ninjas envahissent silencieusement la chambre du deuxième étage et assassinent les bushis dans leur sommeil.

Les ninjas se rassemblent dans la cour. Ils lancent des grappins par dessus le mur. Yoshimura pousse Ichi à la fuite, ne perdant pas son propre objectif de vue.
Hisaki et Suchiro sont perplexes devant le cadavre d'un des Ninja.
Deux ninjas seront tués dans la fuite. L'un fléché depuis le donjon alors qu'il couvrait la retraite de ses pairs, l'autre chargé par un cavalier au pied du château. Ayant chuté du mur dans sa fuite et s'étant tordu la cheville, il s'est sacrifié pour couvrir la fuite de sa maîtresse et du reste du commando.

Jean-Jacques sentait confusément qu'il y avait un piège dans ce donjon il a, un moment, hésité à demander à Denis (Suchiro) d'en fouiller les moindres recoins. Quelle triste erreur! et quelle autre triste erreur que de s'être séparé de son garde du corps ! Erreur encore, de n'avoir laissé personne éveillé dans la chambre où il dormait.

SASA Suchiro, maître de la région?

A l'issue de ce terrible règlement de compte, SASA Suchiro, fils de la seconde épouse de son père se retrouve seul héritier du Clan HOJÔ et occupant unique du territoire NAKAGAWA. Va t-il pouvoir unifier les vassaux de son père et asseoir sa précaire autorité ? Vous le saurez dans nos prochaines aventures (et pas avant, parce que je ne le sais pas moi-même ! ).

mercredi 28 mars 2018

Mauvais karma pour les héritiers (Compte-rendu de partie "Argad" - Sengoku jidai).


Dimanche 25 Mars , nous avons joué la suite de notre partie Sengoku à Theix (56) lors de la nouvelle édition du festival "Ramène tes jeux".

Nous y avons retrouvé les protagonistes de la dernière partie hors Jean-Jacques, qui animait une table voisine en napoléonien. Mathieu nous a rejoint.

Si vous avez suivi l'épisode précédent (visible ici), vous vous souvenez que NAKAGAWA Takefusa avait du faire sepuku (le suicide rituel par éventration). Il avait été en cela brillamment secondé par HOJÔ Yoshihiro qui l'avait promptement décapité.




Les derniers instants de Takefusa devant ses ennemis victorieux, au soir de la bataille.





HOJÔ Yoshihiro, son kaishakunin, le décolle proprement aussitôt l'éventration dûment effectuée.

Effectuons, comme à notre habitude, un petit tour des lieux:


Nous nous trouvons plus loin en terre NAKAGAWA. Le château seigneurial se situe au croisement de trois vallées à un emplacement hautement stratégique. Un sanctuaire shinto se trouve en montagne au premier plan. au fond, deux auberges jouxtent la route qui mène vers le sud du fief et le territoire HOJÔ. Au sud toujours, un village rizicole borde la rivière. Nous sommes toujours en été et la rivière est franchissable en tout point.

Le château seigneurial NAKAGAWA où se trouve le jeune Taketsugu.

Vue de l'ensemble de la table. Les troupes HOJÔ entreront par le fond.



Le sanctuaire shinto, bien inséré dans un coin de nature.
La rivière, son pont et les deux auberges, de part et d'autre, qui accueillent les voyageurs lors des crues.
Autre vue de la forteresse et de ses écuries, en contrebas.
Un paisible village d'agriculteurs.


En ce qui concerne les personnages voici leurs rôles sommaires et quelques uns de leurs objectifs.


Du côté HOJÔ:

Jean-Jacques, alias HOJÔ Yoshimasa. Daimyo du clan HOJÔ, n'était pas présent. Parti négocier avec son voisin TOKUGAWA pour éviter toute attaque dans le dos, il avait remis le commandement à son fils héritier, Yoshihiro, afin de poursuivre l'invasion du hon (fief) NAKAGAWA.


Didier alias HOJÔ Yoshihiro: Samurai, fils du précédent, futur héritier du clan. Fort de son succès de la veille et persuadé que les terres conquises lui seront à nouveau octroyées par son père, il se sent pousser des ailes et convoite le puissant château de son infortuné voisin.

Denis alias SASA Suchiro: Samurai, autre fils de Yoshimasa, mais issu d'un second mariage. Demi-frère de Yoshjhiro. Il est l'âme damnée du clan HOJÔ, responsable des opérations occultes. Il espère, lui aussi, que son père lui accordera des terres prises à leur voisin. Il compte bien jouer un rôle primordial afin d'obtenir davantage de reconnaissance. (Il s'était vu offrir 8 teppos (arquebuses) quand son frère récupérait la totalité des terres!)

Ehouarn alias Yoshimura:  Ronin errant, assurant une quête personnelle (vengeance de son maître,  assassiné). Il a été recruté par SASA-san la fois précédente. Yoshimura poursuit son engagement au côté des HOJÔ. Cette fois, il entend bien obtenir un commandement auprès de ce dernier.


Laurent alias Hisaki: Ronin errant, compagnon du précédent Il réitérera son engagement du côté HOJÔ à la tête d'un petit détachement de troupes de Yoshihiro.



Du côté NAKAGAWA:


Patrice alias NAKAGAWA Taketsugu: Venant tout juste d'accomplir son gempuku (cérémonie de passage à l'âge adulte), Taketsugu est encore inexpérimenté. Il ignore que son père et sa mère sont morts dans l'assaut de leur résidence d'été. Il est désormais à la tête du fief mais ne le sait pas encore.
Il ne dispose que de quelques défenseurs dans le château, mais aussi de la cavalerie lourde d'ABE Akira. 

Marianne alias ICHI-san: La malheureuse  Kage (dirigeante) du village de shinobis, rasé par l'ennemi HOJÔ, lors de la précédente partie. Elle a rassemblé ses agents avant de se mettre en route au travers des forces ennemies pour rallier le château et se mettre au service de l'héritier de feu Kakefusa. Marianne étant absente, c'est moi qui incarnerait son rôle durant la partie.

Jacques alias Kônen: A la suite de la mort d'Enman, lors de l'assaut de la veille, le disciple Kônen s'est retrouvé à la tête des rescapés du monastère bouddhiste de Kamakura. Ils ont fuit le monastère avec les derniers fidèles quand ils ont vu les troupes de Yoshihiro revenir vers eux. Le pillage, puis l'incendie du monastère, ordonné par Yoshihiro augmenteront encore leur volonté de se venger de lui.
Ils essayeront de mener les teppos restants, la poudre et le forgeron à Taketsugu. il cherche aussi à se venger de l'instigateur de la destruction du monastère (HOJÔ Yoshihiro) en mobilisant de nouvelles forces contre lui.

Matthieu alias HITOTAME Nabutame: Samurai et notable de la ville de Kamakura, il a pris la fuite avec quelques voisins samurai devant les exactions faites par troupes HOJÔ (massacre des habitants village rizicole voisin, incendie du monastère...). Il était très ami avec Enman (tué la veille) avec qui ils devisaient médecine. Il recherche sa fille, première dame de compagnie de la mère de Taketsugu. Il ignore qu'elle a été tuée la veille en même temps que sa maîtresse.


UNE ENTREE EN MATIERE DYNAMIQUE:

 La partie commence alors qu'un flux continu de fuyards, plutôt favorables aux NAKAGAWA fuient devant les troupes HOJÔ. Les troupes HOJÔ vont être relativement favorisées par la chance en permettant à leur cavalerie d'arriver immédiatement sur la table, contrariant le mouvements des réfugiés.
Les cavaliers d'ABE Akira, qui étaient intervenues en soutien à la fin de la partie précédentes mais qui avaient été impuissantes à secourir Takefusa, refluent vers le château à bride abattue. S'ils ignorent le sort funeste de leur seigneur, ils savent que la résidence d'été est tombée aux mains de l'ennemi.
Par petits groupes, les réfugiés fuient devant l'avancée ennemie. Parmi eux, Nabutame, au centre, devant l'auberge, et les moines à droite.
HOJÔ Yoshihiro intercepte les réfugiés avant le pont. Insistant sur le fait qu'ils n'ont rien à craindre, pour qu'ils rentre chez eux. A gauche, le reste de sa cavalerie prend en chasse un mystérieux messager ennemi.
La poursuite démarre immédiatement. Les cavaliers HOJÔ et SASA se ruent au devant des réfugiés. Le groupe de Nabutame a juste le temps de franchir la rivière avant que Yoshihiro ne bloque le pont. Sur le flanc gauche de l'armée en mouvement, quelques cavaliers prennent en chasse un messager ennemi, reconnaissable à son horo (ballon gonflable, dans son dos, pare-flèches) entre les masures du village.

SASA san essaye de recruter des troupes d'appoint à l'auberge mais ces gens lui sont globalement hostile. On distingue deux autres groupes d'importance sur ce cliché. D'un part un groupe de femmes et de vieillards, au premier plan et d'autre part un samurai blessé et son escorte, sur une charrette à bras (tronqué à droite).

RUSE CONTRE RUSE:

Parmi les réfugiés, Madame ICHI, la maîtresse ninja, s'est dissimulée sous les traits d'une pauvre vieille, porteuse de bois. Ses agents, tous ninjas, l'accompagne sous couverture de pauvres paysans. Cette couverture, parfaitement efficace, fera que jamais ils ne seront inquiétés par leurs ennemis. Quant ils étaient à proximité de l'ennemi, le groupe ne bougeait que de 16 cm. A distance d'eux, il traçait brutalement de 20 cm par tour.
Parmi les réfugiés toujours; un autre équipage dénote. Ce samurai blessé, transporté sur cette charrette à bras et accompagné de son escorte n'est autre que YURIAKI Saburô, le bras droit de SASA Suchiro. Chef des ninjas HOJÔ, Denis a choisi d'en risquer la vie en essayant, la même ruse, qui avait si bien pris lors de la prise de la résidence d'été la veille. Il s'agissait pour lui, d'essayer d'infiltrer le château en se faisant passer pour des alliés de Takefusa, rescapés malheureux de l'assaut contre la résidence d'été.


PREMIERS HEURTS AVEC LA POPULATION...

L'attroupement des réfugiés gonfle. Yoshihiro leur interdit le passage. Le ton monte. Les samurai présents n'entendent pas se laisser dicter leur conduite par un samurai inconnu, fusse-t-il monté et en armure.
Après avoir rendu-compte au chateau, ABE Akira, essaye de voler au secours du mystérieux messager qui tente de les rejoindre.
... ET PREMIERS MORTS.


Le pauvre messager est rattrapé alors qu'il s'engage sur le gué. Une flèche bien ajustée lui fait mordre la poussière. Aussitôt les cavaliers HOJÔ se jettent à terre et entreprennent de le fouiller. Ils trouveront un pli cacheté à destination de NAKAGAWA Taketsugu.

Devant le pont, furieux de l'autoritarisme de Yoshihiro qui leur annonce qu'ils sont désormais ses sujets, quelques samouraïs se rebellent et passent à l'attaque. Le combat est inégal et ils se font rapidement étriller.

Cinq samouraïs tentent de passer le pont en force, transgressant les ordres de Yoshihiro. Le combat s'engage.
Alors que les troupes SASA avancent, d'autres samouraïs refusent de se mettre aux ordres de Yoshihiro.
Yoshihiro pousse encore plus loin en exigeant que les réfugiés présents se mettent à son service. Si un ashigaru le rejoint bien, deux samouraïs annoncent qu'ils préféreraient encore se faire seppuku ! Qu'à cela ne tienne ! Puisqu'il en est ainsi, faites vous donc seppuku séance tenante, ici même ! Yoshihiro multiplie les maladresses en proposant d'abord qu'un sergent soit leur kaishakunin, avant de se raviser et de déléguer son garde du corps, un samurai à son service. La population est choquée du traitement indigne et de l'inflexibilité du nouveau conquérant, envers ses nouveaux sujets. A partir de cet instant les hommes du village voisin vont, eux aussi, tenter de rallier Taketsugu.
Pendant la cérémonie, Yoshihiro prend connaissance du pli cacheté que ses hommes lui ont amené. Il est adressé à Taketsugu et provient d'un certain Haru, qui ne parvient pas à identifier. Le message est le suivant.
"Taketsugu dono, 
Alors que la rumeur court sur le suicide de votre père, je vous réitère notre indéfectible loyauté. 
Haru"

Les samourais honorables sr font seppuku sur le front des troupes pour signifier leur opposition à la brutalité du prétendu nouveau maître du fief. la population en est très impressionnée.
Les cavaleries ennemies se font face, tandis que les moines, des réfugiés et les espions passent.
Passés par le village et les collines, ICHI-san et ses agents croisent la route de Nobutame.
Ichi-san, après avoir traversé le village et le gué, a rejoint les montagnes avec d'autres réfugiés. Nobutame, de son côté, après s'être renseigné sur le sort de sa fille au château a appris qu'elle était avec sa maîtresse à la résidence d'été la veille. Fou d'inquiétude, il a rebroussé chemin et demande à tous s'ils ne l'auraient pas croisée. Alors qu'il essaye de mobiliser autour de sa recherche, il croise finalement Ichi-san sous sa couverture de vielle femme. Le reconnaissant et par sympathie pour lui, elle lui révèle que sa fille est morte au côté de sa maîtresse, la veille.

Après s'être enquis de l'identité su samurai blessé et tombant dans le piège tendu, Akira s'interpose entre lui et les troupes SASA.
Ivre de vengeance, Nobutame et ses partisans se ruent contre les assassins de sa fille.

Retrait de la cavalerie d'Akira. On aperçoit le jeune moine qui revient au château après avoir été rencontrer un mystérieux maître zen, au sanctuaire.

Au sanctuaire, le novice a raconté au maître,  l'incendie du monastère et implore son aide au nom de Bouddha. Ce dernier saute sur son cheval et part chercher des renforts.

Avec le retour de la cavalerie NAKAGAWA, les cavaliers HOJÔ effectuent un repli tactique sous la protection de leurs archers.

Alors que Nobutame et les réfugiés attaquent les cavaliers HOJÔ, la cavalerie d'Akira tergiverse et hésite à entrer dans la danse. L'occasion de clore le conflit leur échappe ainsi. Du château, on observe les civils se faire massacrer par les cavaliers en armure. Nobutame, motivé par la vengeance parvient tout de même à occire deux cavaliers. Akira revenant sur ses pas et menaçant le flanc HOJÔ, Yoshihiro choisi de reculer. Nobutame, dégoûté du manque d'initiative de l'officier NAKAGAWA quitte alors le champ de bataille avec les rescapés, bien décidé à se venger d'Akira ultérieurement.
Au milieu de ces tergiversations le petit groupe de villageois, en réalité, Ichi-san et ses ninjas
parvient au château. Délivrant un code secret le groupe est autorisé à rentrer. Dans la barbacane, elle croise YURIAKI Saburô, le genin (chef ninja) ennemi mais sans le reconnaître du fait de son déguisement et de son bandeau sur l'œil.


Vue du dessus du château au moment où ICHI arrive. Saburô est déjà derrière la seconde porte avec ses ninjas.
A l'extérieur, le ronin Yoshimura conduit les troupes qui lui ont été confiées à l'attaque de la forteresse. Soudain, une flèche avec un message se fiche à ses pieds. Un inconnu qui a identifié ses sabres lui demande s'il est Chinjo Iekura. Chinjo est bien le nom de feu son maître, mais il ne s'appellait pas Iekura.
YOSHIMURA EN APPREND D'UN SEUL COUP PLUS QU'EN SEPT ANS D'ERRANCE:

Soudain, une flèche tirée depuis la seconde cour, se fiche aux pieds de Yoshimura. Elle comporte un message "Où se trouve le deuxième sabre de Chinjo Iekura?". Après sept années de quête infructueuse, c'est la première fois que Yoshimura recueille un indice sur la disparition du saya (fourreau) du wakizashi de son ancien maître d'arme. Si le nom de CHINJO Iekura lui est inconnu, CHINJO Iemasa était celui de son maître. Fouillant dans sa mémoire, Yoshimura, se souvient que Iekura était en fait le nom du père de ce dernier.

En fait, depuis le début de ses aventures, Yoshimura erre dans le Nihon à la recherche de l'assassin de son maître. Ce dernier a été assassiné un soir et le saya de son wakizashi lui a été volé, sans la précieuse paire de sabre (le daisho). Depuis, il arbore les deux sabres mais le plus court des deux est dans un saya de remplacement. Quelqu'un, à l'intérieur de la forteresse, semble aussi s'intéresser à ce saya. Yohimura arbore alors les deux sabres et interpelle son interlocuteur inconnu par delà le fracas des combats. Ils se promettent assistance dans cette bataille dont chacun ignore l'issue. Pour être reconnu de lui, l'inconnu lui donne son nom : Ichi.
En fait Ichi, la maîtresse ninja a reconnu les sabres de Yoshimura lors de leur face-à-face précédent, juste avant son évasion de la résidence d'été NAKAGAWA. Elle cherchait depuis à entrer en contact avec lui mais ils avaient été séparés; diamétralement à l'opposé, sur le champ de bataille.
Pourquoi Ichi souhaite-t-elle en savoir plus sur ce saya? Et d'où connaît-elle le nom du père de son maître d'arme, à priori, disparu depuis longtemps? 

Les archers HOJÔ se déploient derrière un mur de pavois. leurs tirs élimineront plusieurs défenseurs sans perte de leur côté.
A l'intérieur va se jouer un drame en espace réduit. Ichi a été introduite auprès de Taketsugu. Elle lui fait enfin part de la triste fin de son père, de sa mère et de leur escorte. Puis le jeune seigneur se fait présenter le faux samurai blessé. Celui-ci se présente comme étant MITO (J'aime bien pousser l'outrance), dernier défenseur de la résidence d'été, ami de son père, que seul la présence d'esprit de ses hommes à pu soustraire à l'ennemi alors qu'il était blessé. La ruse fonctionne parfaitement mais Taketsugu l'envoie se faire soigner dans le donjon. Bien que séparé de ses troupes, Saburô réalise que c'est la dernière occasion qui lui est donnée de pouvoir atteindre le jeune seigneur. Il se rue brutalement à l'assaut et réussi à frapper Taketsugu, avant que les nombreux ninjas présents et son yojimbo n'aient eu le temps d'intervenir. Saburô sait qu'il laissera la vie dans cette attaque mais il estime que la mort du jeune Taketsugu mettra fin aux combats ou désorganisera suffisamment les défenseurs pour que son maître l'emporte.
Saburô se prend une blessure, bien réelle, celle-là mais il frappe à nouveau Taketsugu pourtant déjà hors de combat et l'achève. Ichi et ses ninjas en viennent finalement à bout mais Taketsugu est mort. L'ordre est donné d'exterminer l'escorte de Saburô dans la première cour. Ce sera long, les ninjas SASA se défendant pied à pied. Le combat durera tellement que nombre d'assaillants auront le temps de prendre pied dans le château et de faire reculer les défenseurs derrière la troisième porte.

La confusion règne alors que Taketsugu est assassiné par le faux samurai Mito. Ichi et ses ninjas viendront finalement à bout de l'agent ennemi infiltré.
Ichi prend alors la direction des opérations. Il n'y a que le premier cercle, celui des proches de Taketsugu ici. On peut dissimuler la mort du seigneur, confondre l'ennemi et éviter que la panique ou le désespoir ne s'empare des troupes. Le corps du pauvre Taketsugu est soustrait à la vue de tous et évacué dans le donjon.
Sous les murs du château ABE Akira s'est enfin décidé à intervenir, il faut dire qu'il était sur le point de se faire prendre en tenaille par les deux partis de cavalerie ennemie.
Plus bas, le combat se poursuit dans la première cour et à l'extérieur. Des renforts de moines guerriers arrivent. Le jeune novice à réussi à trouver un maître bouddhiste au sanctuaire shinto et celui-ci est parti chercher des renforts. Arriveront-ils à temps?

Huit sohei avec armures et naginatas constituent une puissante force de frappe.
L'attaque du château se poursuit. des traits précis éliminent les défenseurs du château.
Le choc des cavaleries est brutal.
Les cavaliers virevoltent les uns autour des autour des autres.
SASA Suchiro ouvre le feu sur les moines guerriers qui arrivent à la rescousse.
Suchiro s'était vu confier la moitié des arquebuses capturées lors du scénario précédent mais sans le mode d'emploi. C'est la raison pour laquelle il était à la recherche du forgeron où de personnes sachant s'en servir. Devant la menace des moines, il ordonne pourtant d'ouvrir le feu. Certains teppos ont été remplis de poudre jusqu'à la gueule par ses arquebusiers de fortune. Plusieurs se feront sauter avec leurs armes mais d'autres tireront efficacement sur le moine à cheval qui tombera, touché trois fois dans le même tour.



Les troupes progressent dans le château. Les shashimonos, bien visibles, indiquent au seigneur HOJÔ leurs avancées.

En bas, les deux ronins mettent leurs talents exceptionnels au combat, pour ouvrir la voie.

Dans la plaine, les moines-guerriers font un carnage de troupes SASA.

Ils succomberont quand même sous le nombre.

L'escalade des murs s'avérant trop difficile et dangereuse, les deux premières portes sont ouvertes pour faciliter l'invasion.

Les joueurs, très concentrés, essayent d'exploiter toute les opportunités.

Yoshimura croit détecteur une faille dans la défense. Il pense pouvoir escalader et pénétrer dans le donjon par le hourd flanquant la troisième porte. Il se prend une flèche dans le pied, tirée de ce même hourd.
Les archers HOJÔ évacuent leur seigneur grièvement blessé, sur une charrette à bras.
Tandis que les troupes SASA réduisent les sohei au silence.

La moitié du château est occupée mais l'obstacle suivant (défenses de la troisième porte) est de taille.
Dans le château les ronins ont finalement ouvert la voie pour accéder à la troisième porte. Tous se demandent comment poursuivre l'assaut plus avant. La deuxième cour est défendue par au moins 5 ninjas et encore quelques ashigarus et quelques moines. Le secret de la mort de Taketsugu a été préservé. Les défenseurs pourront même l'apercevoir à une fenêtre lors des ultimes négociations. (Il s'agit en fait d'un jeune homme d'un âge équivalant).
Il règne une certaine indécision sur les suite à donner à l'assaut. On commence à évoquer un siège. Les défenseurs sont peu nombreux. Le château dispose sans doute de vivres en abondance. On évoque de le réduire par le feu.
Finalement, la deuxième blessure et l'évacuation de HOJÔ Yoshihiro mettent un terme à l'attaque. Tout d'abord, Hisaki, le ronin est le seul capable de tenter de soigner Yoshihiro. en tant qu'ancien moine, il a quelques connaissances médicales. Il est appelé au chevet de son employeur mais e montrera incapable de le sauver. Comme il était le dernier officier en charge des troupes assaillantes; elles se retirent à sa suite. Le château est évacué, les défenseurs respectant un cessez-le-feu à  cette unique condition.
Yoshimura négocie avec Ichi, son mystérieux interlocuteur, de se retrouver au sanctuaire shinto dès que la situation le leur permettra.

L'armée d'invasion combinée des deux frères, HOJÔ et SASA, se replie finalement avec son cortège de blessés. Sur tout le trajet du retour, la population se montre d'une hostilité flagrante. Que personne n'ait voulu les secourir ou qu'il n'y ait eu réellement aucun médecin sur leur route, personne n'est en mesure de sauver Yoshihiro, qui meurt des suites de ses blessures, quelques heures plus tard.
Partout, sur le parcours de la dépouille mortuaire de Yoshihiro, les gens murmurent "Mauvais karma ! On ne brûle pas un monastère bouddhiste impunément !"

Yoshimura a quitté l'armée HOJÔ et est resté en retrait, bien décidé à rencontrer ce mystérieux Ichi, qui semble en savoir bien plus que lui sur la disparition de son maître.

SASA Suchiro est désormais le seul héritier du clan HOJÔ mais c'est à lui qu'incombe la tache délicate d'informer leur père de la mort de Yoshihiro.In ne sort pas du combat indemne, ayant perdu sont lieutenant, YURIAKI Saburô, ainsi que tous ses shinobis.
Pour sauvegarder son honneur et ayant failli à le protéger, le Yojimbo de Yoshihiro, se voit accorder de se faire seppuku après la mort de son seigneur. Suchiro l'assiste dans ces derniers moments.

BILAN:

Encore une aventure réjouissante, pleine de rebondissements. La mort des héritiers des deux clans n'était évidemment pas prévue et bouleverse un peu la suite de l'histoire. Très bonne ambiance autour de cette partie. Décors somptueux, figurines à foison, quelques intrigues efficaces même si le désistement de trois joueurs a grevé nombre d'interactions. L'accueil, les tables mises à disposition, les en-cas proposés ont été à l'honneur de nos hôtes. Nous avons aussi eu les honneurs de la presse. 
Quelques détails à régler avec les protagonistes rescapés et je m'attelle à la création de la suite.

"Ouest-France". 26 Mars 2018.