lundi 28 janvier 2019

Elimine toutes les menaces qui pèsent sur ta province ! Compte-rendu de partie "Argad Sengoku".


" Après la victoire, 
assujettis plus fermement ton casque".

(proverbe japonais)


  Cette partie, jouée le 27 Janvier au Festival "Matsuri" de Vannes, voit s'opposer 13 joueurs plus un arbitre.
   Le plateau, de 5 m par 2, représentait une zone  de campagne japonaise relativement dégagée, propice à une bataille d'ampleur, avec une rivière, des rizières quelques forêts et un haut-plateau central.

   La bataille a vu s'affronter plus de 480 figurines. Un espace "civil" urbain étant aménagé à une extrémité de la table pour le plaisir du public.
    Nous avons, comme d'habitude, utilisé la règle "Argad" toujours agrémentée de petits ajouts personnels. Règles de moral et compétences, pour chaque personnage important.
   C'est le cinquième volet de notre campagne, commencée il y a 15 mois.

Une bataille de 500 figurines opposant 13 joueurs, avec la règle "Argad"- Période Sengoku.
La ville, au premier plan, est pour l'illustration. Elle ne fait pas partie du jeu.
  Cette aventure histoire fait suite à la précédente "L'unification Hojô" et m'a demandé trois mois de préparation intense. Pas tant pour les décors, que pour peindre les figurines des partis qui avaient besoin d'être renforcés. L'intermède depuis la dernière partie a été l'occasion de faire interagir les joueurs par internet sur les situations qui se profilaient.
Au niveau décors, j'ai réalisé 3 écrans (maku) supplémentaires et peints 70 figurines. Il a aussi fallu consacrer du temps aux rôles pour expliquer à chacun la position qu'il allait devoir tenir pour être "dans le ton". Une petite conversion de dernière minute m'a aussi fait réaliser un beau crucifié "à la japonaise". Je l'ai fait à partir d'un pirate wako de chez "Cavalcade wargames".




RETOUR SUR L'HISTOIRE


   Une, voire deux nouvelles menaces apparaissent pour le Clan HOJÔ.
   Lors de la dernière partie, jouée il y a trois mois, nous avons vu chaque parti intriguer pour servir ses intérêts. Si les rôles de chacun étaient restés obscurs aux autres joueurs à l'issue de celle-ci, le jeu avait permis à chacun de se situer dans la bataille à venir. Les échanges se sont poursuivis hors table, par internet, pour aboutir à l'affrontement de ce jour.
   Nous retrouvons donc nos protagonistes de la dernière fois, plus deux nouveaux : Dorian qui a souhaité nous rejoindre en tant que Goroemon "brèche-dent". Il commande la pègre de Kamakura. Un scénario d'initiation lui permis de se familiariser avec les règles et son personnage. Goroemon a effectué un raid en territoire HARU pour enlever et extrader NAKAGAWA Tadakatsu. 
    A l'aide de ninjas et de bandits, il a attaqué la résidence HARU à la faveur de la nuit.


L'enlèvement de Tadakatsu à la résidence HARU. (Introduction jouée avec Dorian le 13/01/19)
   Charles, qui avait perdu son personnage par sepukku la dernière fois, gagne un rôle de général. Ce rôle semblait le réjouir au plus haut point, son destin sera, hélas, funeste.


LES RÔLES:

CLAN HOJÔ :

Denis : HOJÔ Yoshimoto (ex-SASA Suchiro) Depuis la dernière fois, il a axé ses ordres à ses vassaux sur: 
- Trouver les assassins de son père.
- Lui trouver une épouse qui renforcerait sa position, par alliance. 
- Retrouver NAKAGAWA Tadakatsu, identifié récemment sur ses terres. 
- Remettre dans le droit chemin le ronin Yoshimura.
- Fonder un nouveau réseau d'espions (ninjas).
Tous ses points seront réalisés ou en passe de l'être.  

Patrice: CHIBA Hiraku. En tant que hatamoto, il va être l'acteur principal des requêtes de son daimyo. Tout d'abord en trouvant un parti intéressant avec lequel s'allier pour son maître. Le mariage a eu lieu rapidement et a immédiatement octroyé des forces supplémentaires à Yoshimoto. Puis, il rendra ses conclusions sur l'assassinat du père de Yoshimoto (des agents ennemis embusqués dans le château). Enfin, il recrutera Goroemon "brêche-dent", un chef de Yakuza de Kamakura.


Jean-Jacques : OKUDA Takao. Devenu gouverneur de Kamakura à la suite du suicide de son ami, il mènera plusieurs enquêtes musclées dans les bas-fonds de la ville pour élucider un meurtre et une disparition. Le meurtre du borgne-manchot aurait pu être commis par une femme qui avait cherché à le rencontrer la veille Il découvre aussi inopinément la disparition d'un enfant. En fait, sa mère, pauvre, a finalement reconnu l'avoir vendu à une femme étrangère à Kamakura. Rien ne prouve cependant que les deux affaires soient liées et que ces femmes étaient la même personne. 

Ehouarn : Yoshimura. Face au mépris, voire à la haine de ses propres hommes, il se rendra chez son seigneur pour tenter de s'expliquer sur ses conduites, jugées indignes et infamantes à l'égard du vassal traditionnel HOJÔ qui avait finalement du se suicider. Yoshimoto lui rappellera fermement que désormais, en tant que vassal du Clan HOJÔ, il doit se comporter dignement et que tous ses manquements rejaillissent sur tout le clan. Faisant amende honorable, Yoshimura acceptera de se voir allouer un conseiller auprès de qui se référer à chaque fois qu'il en aura la nécessité. Yotarô, qui le suivait depuis le début, préférera le quitter pour servir un autre maître. 
Yoshimura a aussi avancé un peu dans sa quête personnelle à la recherche de l'assassin de son sensei. La piste le mène maintenant vers de nouvelles difficultés.

Didier : OBA Tomasu. Le samurai chrétien a vu ses sujets se convertir au Christianisme mais s'est vu empêché de promulguer la parole divine au delà de ses propres terres. Il a cependant pu faire construire une église dans son fief. Tomasu a du intervenir lui-même auprès de ses gens pour faire cesser les profanations sur les sites bouddhistes ou shintoïstes. Le père Carlos a, lui, été convoqué chez Yoshimoto ainsi que l’interprète. Intérêt pour la religion, les nanbanjin ou tentative de museler son expansion ? Tomasu n'en sait encore rien.
Laurent : Hisaki. L'ex-ronin, peu sollicité, a fait habilement fructifier son fief. Yotarô lui a humblement demandé s'il pouvait le prendre comme disciple, ce que Hisaki a accepté.

Dorian : Goroemon « brèche-dent ». Ce chef de bandits dirige les yakuzas de Kamakura d'une main de fer. Il a été recruté par CHIBA Hiraku sous promesse de pouvoir monter une famille de Ninja. Il a aussi été sommé de retrouver le très recherché NAKAGAWA Tadakatsu. Goroemon a donc monté une expédition dans le fief HARU ou il a découvert que Tadakatsu était l'hôte du seigneur HARU Riemon. Grâce à  son embryon de famille ninja et soucieux d'une belle récompense, Goroemon a fait enlever le vieillard au sein même de la résidence HARU. Il a aussi découvert que les HARU se préparaient activement à la guerre.



CLAN HARU - TAKEDA :

Eric : HARU Riemon. La fille de Riemon était enceinte quand elle a rejoint son père. Elle est désormais porteuse du dernier héritier des NAKAGAWA. Retrouver l'histoire ici . Bien de dégagé de toute obligation à l'égard des NAKAGAWA, Riemon a bien compris le rôle prédominant qu'il pourrait jouer dans la région si son petit-fils pouvait récupérer la mainmise sur le fief NAKAGAWA. Il régnerait, ni plus, ni moins, sur plus de trois fois plus de territoire qu'actuellement jusqu'à la majorité de son petit fils. Aussi, il a voulu faire savoir aux partisans NAKAGAWA que tout n'était pas perdu, qu'il restait un espoir. Il avait donc envoyé Takadatsu et quelques hommes à lui, tâter le terrainà Kamakura (voir ici). Il a réarmé immédiatement et consacré toute son énergie à renforcer sa position pour faciliter le retour de l'héritier.
HARU Riemon est secondé par son général: MOTOTAKA Akira.

Guillaume : HITOTAME Nobutame. Le médecin de Kamakura au rôle troublea été le relais entre Tadakatsu et Ichi, la jônin (maîtresse ninja). Il a facilité l'achat d'armes et le recrutement pour le compte des pro-NAKAGAWA. Il cherche personnellement à se venger des HOJÔ depuis la mort de sa fille unique, qui servait à la résidence d'été et qui a été tuée dans l'assaut de la résidence  (ici)  ,  (et là).

Jacques : Kônen. Toujours fidèle aux NAKAGAWA, Kônen a rallié Riemon dès qu'il a su qu'il y avait un héritier à servir. Bien que s'étant vu offrir un nouveau monastère par HOJÔ Yoshimoto, les moines bouddhistes sont méfiants à l'égard de ce seigneur qui tolère l'arrivée des Kirishitan (chrétiens) et laisse bafouer les traditions et le culte des ancêtres. Ils désertent le monastère pour rejoindre HARU Riemon dès qu'ils apprennent la capture de Tadakatsu.

Polig : ABE Zenshin et Conan : SUGANUMA Goro: sont étroitement liés. Leurs pères respectifs servaient dans le même régiment de cavalerie NAKAGAWA et ont été tués à la chute de l'héritier (Voir ici) . Depuis, ils ont été recrutés par TAKANUMA Nobumoto, un général TAKEDA qui en a profité pour renforcer son armée à bon compte. L'un et l'autre avaient été victimes de tentatives d'intimidation et de brimades de la part des Samurai HOJÔ lors de la dernière partie. Ce sont deux samurai pauvres mais la guerre pourrait leur fournir le moyen de se venger et d'améliorer leur situation au sein du clan TAKEDA.  

Charles : TAKANUMA Nobumoto. C'est l'autre nouveau-venu de cette partie. Ce général (historique) du Clan TAKEDA a recruté les deux jeunes ji-samurai de l'ex-clan NAKAGAWA. Il compte sur leur fougue pour redorer son propre blason auprès de son seigneur mais ne leur fait qu'une confiance limitée. En effet, ABE Zenshin a tenté de le tromper il y a peu  essayant de récupérer fallacieusement sa mère, otage au château. Pour tester leur fiabilité, il a donc décidé qu'ils seraient son avant-garde dans l'attaque du clan HOJÔ. Nobumoto a en effet appris que les HARU étaient entrés en guerre et avaient envahi le territoire HOJÔ. L'occasion est trop belle de se tailler une part du gâteau à moindres frais, surtout en ne risquant la vie que quelques nouveaux venus ambitieux. 

Ichi:  La joueuse incarnant la célèbre jônin n'étant pas là, elle sera incarnée par moi, le cas-échéant. La ninja, dernière conseillère du clan NAKAGAWA encore vivante s'est immédiatement déclarée soutien des HARU à l'annonce de la future naissance d'un héritier. Elle est dépositaire du trésor de guerre de l'ex-clan NAKAGAWA et subventionne à sa guise, tous ses alliés. C'est elle, qui par l'intermédiaire de Nobutame a payé les teppo de Riemon. Elle continue de tirer les ficelles dans l'ombre et nul ne sait encore à ce jour d'où elle opère.     Elle s'efforce de renforcer son clan, mais former des ninja est long et difficile. Elle fournira des gardes du corps aux ex-NAKAGAWA auxquels elle est liée, dans cette bataille.   

   Voilà, pour la position de chacun à l'heure où nous démarrons la partie. Sachez encore, qu'au préalable, un autre événement capital va hâter la conflagration:

 LE VIEUX TRANSFUGE PASSE A TABLE, ET C'EST DU LOURD ! 

   Remis à OKUDA Takao par CHIBA Hiraku et torturé par le sergent Itoki, le pauvre NAKAGAWA Tadakatsu, 70 ans ne tarde pas à avouer.
- Oui, il est bien venu en secret à Kamakura.
- Oui, il cherchait à nouer des contacts et trouver des alliés.
- Un héritier NAKAGAWA est à naître La seconde épouse de NAKAGAWA Takefusa était enceinte quand elle a rejoint sa famille en passant le pont.
(La passagère de l'embuscade du pont)).
- Oui, il a trouvé des soutiens au clan NAKAGAWA, notamment un médecin du nom de HITOTAME Nobutane. 
   Il livre aussi que les moines bouddhistes continuent à fabriquer des teppo et approvisionnent le clan HARU. 

   Bref, c'est la catastrophe ! Les HARU sont prêts à la guerre et bénéficient de nombreux soutiens de poids dans l'ex-fief NAKAGAWA.  
   Nobutane est introuvable et les moines ont fuit vers le fief HARU.

   Manifestement, la nouvelle de la capture de Tadakatsu s'est ébruitée et les rats ont quitté le navire.

    Dénoncés, Les HARU lancent leur invasion sans attendre. Forts des soutiens sur lesquels ils pensent pouvoir compter, (citadins de Kamakura et moines bouddhistes) ils pénètrent profondément en territoire HOJÔ. Que les TAKEDA soient au rendez-vous et la victoire sera leur.


 CONSEIL D’ÉTAT-MAJOR CHEZ LES HOJÔ:

Les HARU ont envahi le territoire et campent désormais en attendant la riposte. Ils se sont installés dans la plaine et ont secrètement fortifié leur position (les fortifications sont cachées derrière leurs troupes).


    Les généraux HOJÔ se sont donc réunis derrière le maku de leur seigneur. Ils planifient leur tactique, se répartissent les troupes, les rôles et les places dans l'organisation générale.
   Dans les faits, j'avais juste réparti les cavaliers, bannières, gardes du corps de chacun d'entre eux, et HOJÔ Yoshimoto, leur a octroyé les rôles et les troupes nécessaires à sa tactique.
   Tous se disputent l'honneur d'être l'avant garde.  
   Yoshimoto prône un déploiement original. Deux avant-gardes, droite et gauche, deux ailes et un centre, à même de se soutenir mutuellement. La réserve sera tenue par lui-même, avec les bagages de l'armée et son état-major.

   Au final: OBA tiendra l'avant garde droite, Yoshimura, l'avant garde-gauche, CHIBA Hiraku et les bandits, l'aile droite, Hisaki, le centre, OKUDA Takao l'aile gauche, tandis que Yoshimoto tiendra la réserve.


Conseil d'état major chez les HOJÔ. On se répartit les places, les rôles et les troupes. 

 Ensuite, chaque joueur a calculé le moral de son groupe. Du fait de l'ampleur de la bataille, j'ai préféré ajouter un système de moral simple pour éviter les combats jusqu'au dernier homme et permettre de jouer les effets de surprise liés au scénario et aux ruses de guerre. (Contournements, dispositifs cachés, embuscades, et autre fourberies). J'avais déjà étrenné le système avec Patrice, chez lui, en 2017.
Les troupes d'OKUDA Takao, cavalerie, archers, et pas mal de porteurs et levées.
La réserve, du seigneur HOJÔ Yoshimoto.
État-major, tambour taiko, messagers, gardes du corps, conseillers et porteurs de Yoshimoto.
L'avant-garde gauche, commandée par Yoshimura.
L'aile gauche d' OKUDA Takao.
Les chrétiens d'OBA Tomasu.


   Du fait de l'avancée oblique des troupes, (la progression se faisant dans la grande diagonale de la table), c'est l'avant-garde droite (OBA) qui entre la première sur la table. OBA Tomasu refuse d'aller combattre sans avoir confessé ses péchés et fait célébrer une messe pour ses troupes chrétiennes. Il fait donc dresser ses écrans (maku) et célébrer la messe. Il a réussi à récupérer le prêtre Carlos. Ces préparatifs et la cérémonie vont tellement durer que l'avant-garde sera finalement devenue l'arrière- garde de l'armée. Ces hasards de la guerre seront finalement salvateurs car, le chrétien se retrouvera finalement juste devant le pont par lequel l'armée TAKEDA comptait prendre les HOJÔ à revers.

Le père Carlos fait la messe pour les kirishitan (chrétiens) d'OBA Tomasu.
Le maku du clan HARU est dressé, Riemon commande depuis l'arrière.
Les copains de Nobutame, le médecin de Kamakura, tous restés fidèles aux NAKAGAWA.
Abandonnant leur position défensive les HARU investissent le plateau.
Dans la plaine, derrière eux, les fortifications abandonnées.
 Les HARU, via la compétence "ruse", avaient fortifié leur position. Pourtant,  Riemon estimait plus judicieux d'occuper le plateau central et de se rapprocher des TAKEDA dont il savait qu'ils allaient arriver, grâce au messager TAKEDA que le général MOTOTAKA venait de conduire jusqu'à lui.

En face, Les HOJÔ s'élancent, eux aussi, vers le plateau, hors les chrétiens toujours occupé à leur messe.
Au premier plan, le général MOTOTAKA escorte le messager TAKEDA au quartier général.

Les HOJÔ avancent, selon l'ordre de bataille pré-établi.

HOJÔ Yoshimoto dresse à son tour son maku de commandement.
Les samurai de Kamakura menés par Nobutame, investissent le village...
tandis que les HOJO déploient maintenant leurs archers en arc de cercle devant le plateau.
Riemon dresse une nouvelle ligne de front tandis que les moines guerriers se cachent dans la forêt au second plan.
Mais, sur l'autre rive, au sud, voici que surgit l'avant-garde des TAKEDA.

Le champ de bataille, tel qu'il se présente maintenant.

C'est alors que le général TAKANUMA Nobumoto entre au nord-est, sur le flanc HOJÔ.
    OBA Tomasu, retardé par sa messe, ne sera pas affecté par la surprise de l'arrivée de du général TAKEDA. D'aucuns attribueront le retard pris par les chrétiens à la volonté Divine. Toujours est-il que si le général chrétien avait honoré sa position à l'avant-garde de l'armée, TAKANUMA Nobumoto aurait passé le pont sans problème et aurait débouché sur les arrières de l'armée HOJÔ.
J'ignore l'influence que Deus aura dans ce pays, mais la messe faite à sa gloire aura sauvé la bataille.

   Il en sera tout différemment. OBA Tomasu va prendre l'initiative en embrouillant son adversaire. D'abord en entreprenant de négocier avec lui,  puis il poussera son avantage en proposant un duel entre champions.
   Le général TAKEDA hésitera, mais acceptera finalement. Ce duel interminable lui fera perdre l'avantage de la position et permettra aux HOJÔ de le contourner puis de l'écraser. 
Un messager d'OBA Tomasu demande à Yoshimoto l'autorisation de quitter sa position d'avant-garde pour attaquer les troupes TAKEDA qui menacent le flanc droit.
    
Le samurai chrétien tente de gagner du temps. Un héros défie un samurai adverse.
Les Brigands de Goroemon, cherchent des gués sur la rivière.
Le front HOJÔ s'incurve. Ils sont maintenant encerclés sur trois côtés.
La puissante cavalerie ABE hésite à exploiter le gué pour franchir la rivière.
Cédant aux provocations des bandits, les cavaliers s'élancent mais sont repoussés.
 
Riemon remballe son campement pour s'approcher du front. Lui et son général en sont trop éloignés.

Les positions se figent. Au centre de leur ligne, Les HOJÔ creusent le sol. Que préparent-ils?

Les HARU tiennent le bord du plateau. Au premier plan, quelques hommes laissent suspecter qu'il y a une troupe, cachée dans la forêt.

De part et d'autre du pont, TAKEDA et OBA parlementent...

... puis engagent un duel de champions.
Ce duel bloquera longtemps la traversée.
     Le front semble figé mais le seigneur HOJÔ a plus d'un tour dans son sac. Sur le front des troupes, quelques paysans s'activent à creuser un trou. Ils érigent finalement une croix où se trouve le malheureux NAKAGAWA Tadakatsu. Ils le percent bientôt de coups de lances.

NAKAGAWA Tadakatsu est amené sur le front des troupes....

... crucifié, puis percé de coup de lances.
  
   Crucifier et mettre à mort un honorable samurai de 70 ans comme un vulgaire voleur, est une provocation insupportable. Ni MOTOTAKA Akira, ni HARU Riemon, les deux généraux de l'armée HARU, ne sont présents pour contenir la fureur de leurs hommes.
   Le pauvre samurai qui commande les troupes HARU, dont certaines étaient issues de l'escorte de Tadakatsu, ne peut les empêcher de se ruer à l'assaut pour le venger. C'était l'effet recherché. La ligne HARU se disloque et perd sa position avantageuse.
   En termes de jeu, la troupe a raté son jet de moral pour cette "surprise tactique". Les troupes auraient cependant pu tenir leur ligne mais l'absence d'officier capable s'est traduit par un échec aussi. Seuls les arquebusiers sont restés sur place.


Les piquiers HARU dévalent la colline pour venger la mort infâme de Tadakatsu. Ils seront hachés par les tirs et le corps-à-corps.
Cette provocation entraîne l'effondrement du dispositif HARU, maintenant attaqué de flanc par la cavalerie ennemie. 


Détail du supplice de NAKAGAWA Tadakatsu.
     La ruée des piquiers est stoppée par les flèches. Les survivants s'écrasent sur le mur des troupes HOJÔ. Seuls subsistent les arquebuiser en haut de la colline. Les moines guerriers jaillissent alors du bois provoquant, à leur tour, un effet de stupeur chez les HOJÔ, notamment sur l'aile commandée par Hisaki, dont l'effondrement sera précipité. 

Les moines guerriers surgissent alors que les derniers piquiers HARU s'écrasent sur la défense.
Sur le pont, le duel s'éternise.

    Au niveau de la rivière, les troupes se combattent maintenant d'une rive à l'autre. Archers et arquebusiers enchaînent les salves. Sur le pont, les deux champions continuent leur duel. Le général TAKANUMA répugne à faire intervenir ses troupes dans la mêlée ce qui l'empêche littéralement de progresser. Les bandits ont découvert des gués qui pourraient leur permettre de déborder les TAKEDA.


Le public, très nombreux et très intéressé, suit les évolutions de la bataille.
HARU Riemon a fait remonter son maku plus près de ses troupes mais le mal est fait. Ses piquiers sont morts lors de leur charge intempestive.
Dans la plaine, les samurai menés par Nobutame se lancent dans quelques assauts individuels.
Les combats s'intensifient sur l'aile gauche HOJÔ.

    Au centre, la cavalerie HOJÔ monte à l'assaut des arquebusiers HARU, en contrebas, les samurai de Kamakura s'engagent en ordre dispersé. S'ils n'ont pas d'armures, ils sont néanmoins de bons bretteurs.


Sur la rive sud-est, la mort du général TAKEDA, TAKANUMA Nobumoto.

Sur le pont les TAKEDA reculent pied à pied. Les bandits et la cavalerie ont franchi les gués.
    Pour les TAKEDA, la situation s'aggrave. Ils reculent pied à pied sur le pont mais ils sont débordés par leur droite. Goroemon a révélé l'existence de deux gués à la cavalerie OBA et HOJÔ. Les samouraïs montés traversent, attaquent et tuent le général en chef TAKEDA. La manœuvre de contournement TAKEDA et été contournée et repoussée.
   L'attaque de flanc surprise, finit en fiasco total et le général TAKANUMA Nobumoto meurt à la tête de ses troupes qui, fanatisées, combattront jusqu'à la mort.


A l'autre pont, l'avant garde des seigneurs ABE et SUGANUMA a profité de la diversion créée par l’irruption des moines pour passer.
Les moines ont écrasé l'aile droite d'Hisaki. Ses troupes sont en fuite et lui-même quitte le champ de bataille.
    L'intervention des redoutables moines guerriers rééquilibre un peu la bataille. Ils écrasent les troupes du ronin Hisaki, qui sera mis en déroute. 

Sur le plateau, bénéficiant de l'avantage de la hauteur les HARU résistent tant bien que mal.
L'aile droite d'Hisaki est éliminée. Il a réussi à fuir avec son garde du corps et un musicien.
La cavalerie ABE repousse un peu les lignes HOJÔ mais déjà des renforts arrivent.

Les moines guerriers achèvent les hommes de l'aile droite d'Hisaki.

Les tambours taiko rythment la bataille, depuis l'autre bout du salon.
De quel camp sonnent-ils le rappel? 
Encerclés, harcelés de traits, privés de chef, les TAKEDA de TAKANUMA faiblissent.


Le seigneur HOJÔ peut se permettre de détacher des troupes pour renforcer son centre, malmené par la cavalerie ABE.
Les renforts arrivent pour renforcer les troupes vacillantes.

Pour HARU Riemon, la situation devient critique. Partout, ses troupes commencent à se débander.

Si le massacre continue chez les TAKEDA, le moral tient toujours.
La cavalerie et les samurai HOJÔ contre-attaquent l'avant garde ABE-SUGANUMA

Les moines guerriers sohei ont regagné le couvert de la forêt.
Sur une berge, une grue japonaise pêche, loin du fracas de la guerre.
Dernière ruse de Riemon, attirer l'attention loin du général. Un palanquin, fuit vers l'ouest.
 Riemon tente sa dernière ruse. Son palanquin fuit vers l'ouest tandis qui qu'il s'enfuit, à pieds, vers le sud, protégé par Ichi.

Les cavaliers ABE faiblissent sous le nombre. La bataille entre dans son dernier acte.

Le rapport de force à changé au pont sud-ouest. L'avant garde ABE-SUGANUMA retraite...

... tandis que de l'autre côté, HARU Riemon quitte le champ de bataille dépité.
La  retraite ABE au sud. Ils ne seront pas poursuivis au delà du pont.
Yoshimura a repéré le palanquin en fuite. Il se précipite à sa poursuite alors que le jour décline.
La course s'engage! Rattraper le palanquin avant la nuit ! 
Banzaï ! Le palanquin est pris ! Yoshimura exulte de joie ! A lui les honneurs de la capture du seigneur ennemi. ! Malheureusement, le palanquin est vide. C'était une ruse.
      La déception de Yoshimura est immense, le palanquin est vide. Il a été dupé. HARU Riemon a pu s'échapper à la faveur de la nuit.
   C'est important puisque nous le retrouverons le lendemain, cette fois-ci en situation de défendre son territoire, après cette sévère défaite.

   SUGANUMA Goro et ABE Zenshin ont retraité vers les terres TAKEDA. Le seigneur qui les avait recruté a été tué dans la bataille. 
l'obscurité. Pour les HARU, Il s'agit maintenant de survivre à la poursuite qui va s'engager. Il est évident que HOJÔ Yoshimoto ne s'en tiendra pas là et qu'il cherchera à éliminer la menace du retour d'un NAKAGAWA, que ce soit dans un an ou dans vingt !
   La prochaine bataille sera celle des cols frontaliers qui séparent les deux fiefs.


 UNE SUPERBE VIDÉO:



Charles a filmé la partie et les joueurs et a monté une superbe vidéo:


https://www.youtube.com/watch?v=7gb3IBVvLLQ&feature=player_embedded



BILAN DE LA PARTIE: 

   Les 13 joueurs semblent avoir été enchantés de leur partie.

   L'utilisation de règles de moral a bel et bien évité les combats jusqu'au dernier homme et a permis de traduire l'impact des "surprises tactiques" (embuscade, attaque de flanc, piège) sur le jeu.
   Cela rappelle aussi l'intérêt d'avoir un arbitre, qui permet aux joueurs de d'élaborer des pièges ou des surprises pour leurs adversaires.

   Ce type de partie (bataille) est beaucoup moins lourd à gérer pour l'arbitre que les parties "jeu de rôle" où il doit simultanément incarner tous les PNJ rencontrés par TOUS les joueurs !

   Je craignais que les joueurs se fatiguent physiquement et se lassent de déplacer tant de figurines mais le combat a du être suffisamment équilibré et intéressant pour qu'ils "suivent" jusqu'au bout.
   Le fait de jouer en simultané, propre à "Argad", (14 joueurs en même temps), limite aussi temps morts et ennui.

   Comme d'habitude, le plateau de jeu, a régalé joueurs et spectateurs.
   Le public a été extraordinairement intéressé et prolixe en félicitations.

   Paradoxalement, c'est le public le plus chaleureux que nous ayons rencontré.
    Bien que nous participions régulièrement à tous types de salons du jeu ou du modélisme, c'est ici, et de l'avis de tous, que nous avons rencontré le public le plus intéressé.
   Des dizaines de personnes nous ont interrogés sur notre loisir, les règles, les décors. Certains visiteurs ont pris des dizaines de photos et sont longuement restés ou revenus pour voir les évolutions de la partie.
    L'accueil a été très agréable et nous avons croisé toutes sortes de personnes, notamment les amateurs de cosplay ainsi qu'un passionnant collectionneur de kimonos et d'objets japonais anciens.

   Une belle expérience et de belles rencontres !


Y'AVAIT UNE VILLE ET UN CHÂTEAU, JE VOUS LES METS AUSSI?

Une scène de marché qui a conquis le public.

Marchandes de poisson, de fruits, vendeuse de poterie chinoises et laqueur.


Tonnelier et vendeuse de soie.

Vendeuse de saké et moines bouddhistes.

Danse et musique au château.



Le monastère bouddhiste et son magnifique jardin zen. 


DES KIMONOS, CA VOUS INTÉRESSE ? 


   Voici quelques unes des pièces de la collection  au milieu de laquelle se tenait notre plateau de jeu. Leurs propriétaires, un français et sa femme japonaise, connaissaient parfaitement le sujet et ne manquaient pas de nous faire remarquer ce qui ne collait pas dans nos décors.


Vêtements de travail ou de pompier.

 


Kimono de fillette.


Poupées, parures de cheveux et sabre pour enfant.
 
Détail du kimono.





Le cadre de notre partie du dimanche, avant l'ouverture au public.

Kimono de mariage.

Kimono de mariage.


Obi (ceinture) de vêtement féminin.
REMERCIEMENTS: 

 Un grand merci à Denis, pour ses plaques magnifiques, ses décors, sa constance et sa disponibilité. Merci encore pour la "furie en kimono" qui s'ajoute à ma collection.
   Merci à Ehouarn et Patrice pour le lien régulier avec les organisateurs et leurs présences aux réunions préparatoires à la manifestation.
   Merci à Didier, Jean-Jacques pour leurs photos,
   Merci à Dorian  pour le décors de circonstance qu'il m'a offert,
   Merci à tous les autres pour leur participation enthousiaste et leur bonne humeur,
   Bravo à Charles pour sa vidéo.
   Merci aux organisateurs du salon Matsuri qui nous ont permis de faire connaître davantage notre hobby.

   Enfin, merci à tous pour pouvoir donner vie à mes rêves.

La suite ici.

1 commentaire:

Ehouarn Auffret a dit…

La suite, la suite !!!