mercredi 17 avril 2019

Le cours du traître grimpe en flèche. (compte-rendu de partie "Argad" HYW)

Dimanche 14 Avril, le salon du modélisme de Séné (56) nous a accueilli pour présenter une table "Argad" en "Guerre de succession de Bretagne". Nous nous sommes retrouvé à 5 autour du scénario concocté par Patrice. Nous reprenons nos personnages habituels.
   Avec Per, le bâtard de Quimerc'h, je suis chargé d'assurer la sécurité de la route est-ouest, qui traverse la table.
Le bâtard de Quimerc'h est devenu riche (6000 livres) lors de la dernière partie, s'étant indûment partagé une rançon de 12000 livres avec Auffret du Cosquer au profit de la confusion d'une bataille. Il envisage de se faire construire un manoir et est devenu subitement beaucoup moins volontaire pour risquer sa peau à tout bout de champ. Mais bon... voilà que les Anglais, très remontés contre Guillo Clerc depuis qu'il a trahi et capturé Guémené, réclament sa tête... De quoi faire suffisamment douter le bâtard sur l'opportunité de sa retraite anticipée.

L'ensemble du plateau de jeu.
Le campement du bâtard de Quimerc'h au pied de la tour anglaise.

Le corsaire monfortiste veut accoster et décharger sa précieuse cargaison.
Petit coin de campagne paisible.
Le parti de Guillo Clerc. Il avait trahi les Anglais et pris Guémené à sa dernière sortie.
La demeure d'un riche marchand de drap de lin.
Auffret de Cosquer, arrive par l'Ouest et accompagne un maître artilleur.
Un manoir breton, fortifié.

   La partie commence par un affrontement naval. La guerre de course entre partisans de Charles de Blois et ceux de Jean de Monfort est rude en Manche. Les deux navires sont au bord de la table. Le pro-français à l'Ouest, le pro-anglais à l'Est. L'anglais est lourdement chargé. Il ne peut accoster qu'en un endroit, une vasière accessible uniquement à marée haute, où il pourra débarquer une bombarde. Le temps est à la manœuvre. L'anglais va faire en sorte de rester au vent de son adversaire quitte à être au près dans un premier temps et finir vent de travers pour foncer dans le port. Le français malgré sa vitesse supérieure, ne pourra en profiter, devant virer face au vent. L'arc anglais montrera aussi sa supériorité sur l'arbalète par sa cadence de tir.
Corsaires blésistes et monfortais s'affrontent en mer.
 L'anglais remonte au vent tandis que le français court au grand largue. 8 nœuds contre 4, on pourrait penser la poursuite jouée mais l'anglais manœuvre son adversaire contraint à virer bout au vent.

L'Anglais entre dans le port, le corsaire français à l'équipage décimé, décide de rebrousser chemin.
Voile abattue, le déchargement peut avoir lieu.
Per de Quimerc'h vient aux nouvelles à l'auberge, place de juteux trafics.
Il négocie du vin de Bordeaux nouvellement arrivé pour en offrir au château.
 En discutant à l'auberge et prodigue de ses richesses, Per de Quimerc'h apprend bien vite que le bateau ne repartira qu'avec un chargement de lin, à marée haute. Il apprend aussi qu'une bombarde a été débarquée et livrée au donjon.
Un mercenaire ayant investi le village, Per prend position derrière le mur de la ferme.

 Issu par sa mère de la paysannerie, le bâtard est assez populaire auprès des paysan. Il recrute ceux-là pour aller quérir du bois pour ses travaux défensifs.

Alléchés par la perspective d'une belle récompense les paysans zélés vont chercher le bois.
... et le bâtard commence à décharger ses affaires pour monter son camp.
Les travaux d'installation vont bon train tandis que les ennemis potentiels se défient toujours depuis leurs murs.
Un émissaire du bâtard de Quimerc'h prévient la château de l'avancée de Guillo Clerc avec de l'artillerie.
     Per a appris que Guillo Clerc transportait un ribaudequin. Il fait prévenir la garnison anglaise de cette nouvelle menace en espérant qu'ils lui confient la bombarde pour se défendre.

Les troupes s’arque-boutent au muret pour se couvrir au mieux. 
 Le mercenaire lombard étant à louer, Per, lui envoi un messager pour lui proposer de capturer Guillo Clerc et de le lui livrer pour 1000 livres tournoi, payées comptant. Il ignore que dans le même temps, le Lombard a accepté de servir Guillo pour 2500 livres. Pourtant, la bataille désastreuse que va lancer Guillo, vont faire pencher la balance en faveur de De Quimerc'h.

Guillo essaye de passer au centre alors que les Monfortais opèrent leur jonction. (à droite et en bas)
Guillo dévoile enfin le ribaudequin. Les deux salves tirées seront inopérantes.

Le convoi mené par Auffret du Cosquer passe. Le maître artilleur rejoint la garnison anglaise.

Guillo avance ses hommes. Les arbalétriers les harcèlent avant que les chevaliers ne chargent leur flanc.
Auffret du Cosquer entre dans la bataille, le mercenaire change de camp
   La bataille fait rage mais à un contre deux , Guillo faiblit. Le mercenaire lombard hésite longuement avant de commencer à bouger. Il a vite compris que  la bataille s'engageait mal pour le blésiste. Quand il devient évident que Guillo Clerc a perdu, il retourne sa veste. Son armée encercle de chevalier et le somme de se rendre. Sans perdre un seul homme, il vient de gagner 3500 livres tournoi. Il livre ensuite l'infortuné chevalier à Per de Quimerc'h. Celui-ci s'empresse alors de le livrer à son allié anglais... contre 2000 livres.
   Sans prendre de risque, le bâtard de Quimerc'h vient d’accroître sa fortune de 1000 livres et de renforcer son alliance avec les Anglais. On ignore encore le sort qui sera réservé au félon qui a pris Guémené par surprise. Sera-t-il décapité à Londres ou ses partisans trouveront-ils les ressources pour le faire libérer?
   Alors que Dieu craignait qu'il n'y ait pas de bataille. Tout s'est déclenché à une heure de la fin. Ce fût bref, mais saignant. Guillo Clerc a été écrasé avant d'être trahi par le Lombard. J'avais bien compris qu'il fallait bien affaiblir Guillo pour obtenir le désistement du Lombard. Ce dernier restait indécis et était venu tester les défenses monfortaises. Ça n'est que quand il a vu la manière dont tournait la bataille qu'il s'est vraiment décidé.
   Per de Quimerc'h va donc pouvoir retourner encore plus serein à ses projets immobiliers. Il lui faudra encore beaucoup de coups d'éclats pour devenir chevalier banneret.

2 commentaires:

Patrice a dit…

Excellent !

...ah il y a un effet trompe-l'oeil assez bizarre dans un coin de la neuvième photo... ;)

Euthanasor a dit…

Ah oui ! En effet ! MDR !