mardi 14 janvier 2020

La chute du clan Haru (7ème épisode de notre campagne Argad Sengoku)

    Samedi 11 Janvier 2020, nous avons joué le 7ème volet de notre campagne Sengoku. Rappelons que cette campagne oppose régulièrement 13 joueurs qui gravitent autour du domaine HOJÔ dans une fiction qui se veut réaliste, au regard des recherches et des lectures sur l'époque que j'ai pu effectuer. 
   Nous jouons avec la règle "Argad" une règle franco-bretonne qui permet de conjuguer jeu de rôle et batailles de figurines. 
   J'y ai ajouté des "compétences" qui donnent aux personnages une plus grande latitude d'action et de meilleures capacités, tout en les différenciant les uns des autres. 
   La situation reprend exactement au lendemain de notre partie de l'année dernière (visible ici). Le contexte est donc le même. 

   Le clan HOJÔ cherche à éradiquer définitivement le clan NAKAGAWA en retrouvant Yasuko, la seconde épouse de Takefusa. Elle porte le dernier héritier de la lignée des NAKAGAWA. Les HOJÔ ignorent si Yasuko se trouve dans le château ou ailleurs.

CLAN HOJÔ :
Denis : HOJÔ Yoshimoto
Patrice ; CHIBA Hiraku
Jean-Jacques : OKUDA Takao
Ehouarn : Yoshimura
Dorian : Goroemon « brèche-dent »
Didier : OBA Tomasu
Laurent : Isaki


CLAN HARU - TAKEDA :

Guillaume: Famille HARU
Polig: ABE Ichiro
Konan: SUGANUMA Goro
Jacques: Kônen
Mariane: Ichi

Les joueurs discutent de leur plan d'action. (Photo:  Road N Troll).
Les troupes HOJÔ ont envahi le fief HARU, investi la ville de Gotemba et encerclent le château où les partisans HARU se sont massivement retranchés. 

Tout d'abord, petit tour du terrain de jeu :  

Vue panoramique du terrain de jeu. Le château HARU et le monastère Zen de Gotemba.
L'activité reprend à Gotemba, où les femmes ont été libérées.
Le monastère bouddhiste (secte Zen) de Gotemba.
Au centre, la prison où est détenu l'infortuné général MOTOTAKA, capturé la veille par Yoshimura.
L'armée HOJÔ. HOJÔ Yoshimoto rassemble ses hatamotos et organise la répartition des troupes.

La résidence de CHIBA Hiraku où vivent les otages, les familles des vassaux d'HOJÔ Yoshimoto. 
Sous bonne garde MOTOTAKA Akira, le général du clan HARU ignore encore le sort qui va lui être réservé.
C'est à Hisaki qu'a été confiée la surveillance de la ville.
  
Un temple shintô dans la forêt.
Une auberge au bord de la rivière.
   Plus au nord-est, quelques postes frontières surveillent le fief TAKEDA. Les TAKEDA avaient été battus à la précédente bataille mais ils avaient pu se replier en bon ordre et ne sont pas défaits pour autant. Ils guettent la moindre opportunité pour affaiblir leur voisin HOJÔ.
Le premier poste frontière au Nord-est proche du clan TAKEDA.
Il est tenu par une toute petite garnison.
Le second fort frontalier est sous la garde d'OBA Tomasu. Il y abrite son fils et sa fille.

    La première décision de HOJÔ Yoshimoto sera de récompenser Yoshimura. Il lui fait l'honneur de lui donner un nouveau nom. Yoshimura devient officiellement YOSHITAKE Yoshimura. L'honneur est renforcé par l'introduction de la particule "Yoshi" dans ce nom. En effet, elle est aussi incluse dans le prénom du seigneur (HOJÔ Yoshimoto). Yoshimura n'est plus un ronin. Il intègre désormais pleinement le clan HOJÔ.
   Cette décision de récompenser à nouveau Yoshimura n'est pas sans froisser davantage les vassaux héréditaires,CHIBA Hiraku et OKUDA Takao.
   Sa seconde décision sera de conserver le général prisonnier en vie, du moins pour l'instant. Nous verrons  que cette décision aura un impact plus tard.
   Et enfin, il divise les troupes et les commandements entre ses vassaux afin d'assiéger et prendre la forteresse Haru.  Yoshimoto-dono attend les renforts en matériels (échelles et pavois) de OBA Tomasu et de Goroemon avant de lancer l'assaut.

Les manœuvres commencent:

De part et d'autre, de grandes manœuvres, pas toujours heureuses commencent.

A peine réparties les troupes, Yoshimoto ordonne à Yoshimura de bloquer le pont commandé par la forteresse.
Adjoint au convoi de matériel, Goroemon fouille toutes les maisons à la recherche de la Yasuko, la femme enceinte.

Dès le début de la partie, les sohei de maître Kônen sortent de la forteresse soutenus par  les arquebusiers.
Voyant cette opportunité, l'armée HOJÔ précipite l'assaut, sans même attendre renforts ni matériel.
Le pont Nord-Est est vite sécurisé par les samouraïs HOJÔ.
Les Haru vont pourtant tenter de négocier.
Une flèche avec un message a été tirée depuis le château. C'est une invitation à parlementer.
Le convoi de ravitaillement et de matériel progresse lentement vers le lieu du siège.
    HARU Riemon demande à ce que HOJÔ Yoshimoto accepte de laisser sortir toutes les bouches inutiles du château. Yoshimoto refuse et la discussion tourne court. Riemon agit sur les conseils d'Ichi, la maîtresse ninja. Il convient d'essayer de faire sortir les civils pour trois raisons: Diminuer le nombre de bouches à nourir, permettre à un de ses agent de quitter la forteresse et de rallier les TAKEDA afin qu'ils lancent une attaque de diversion qui permettrait de soulager d'autant la pression sur le château de Riemon et enfin permettre à Yasuko de fuir le château pour sa sauvegarde.
   Malheureusement, la sortie des moines guerriers de Kônen va précipiter les événements. Les civils (dont Yasuko et un ninja déguisé) sont chassés du château et se pressent derrière le rempart des moines-guerriers.
   Yoshimoto ne laisse pas passer l'opportunité . Il lance l'assaut. Les arquebusiers, exposés à découvert sont balayés par sa cavalerie. La fuite des civils tourne au sauve-qui-peut dans la plaine.
La ruée HOJÔ est fulgurante. Même sans le moindre matériel, l'initiative paye.
Du bois est amassé devant la porte et le feu y est mis.
 Les archers exterminent les rares défenseurs du rempart. La chance est en faveur de l'assaillant. Les pertes s'accumulent du côté des défenseurs. La sortie des moines guerriers a condamnée la survie du château et de ses occupants.
Livrés à eux-même, les civils se dispersent dans la plaine. 

    La consigne de Yoshimoto est claire: Pas de quartiers ! Yoshimura a cependant remarqué une femme enceinte parmi les fuyards. Il isole la pauvre femme apeurée. Les autres sont exterminés. Acculé à la mort, le shinobi infiltré tue un cavalier, d'un shuriken au visage.
Cernée par deux cavaliers, la femme enceinte est prise.
   Le shinobi a failli et ne pourra jamais rallier et prévenir les TAKEDA de l'autre côté de la frontière. L'attaque des postes frontaliers ne pourra être coordonnée.
Pourtant, les TAKEDA sont renseignés. Leurs agents ont pu leur faire savoir que les postes frontières étaient dégarnis, bien qu'ils n'en sache pas la raison. Leur objectif est simple:  Capturer la totalité des otages des familles vassales de HOJÔ Yoshimoto. S'ils arrivent à les prendre vivants sans qu'ils ne puissent se suicider, ce sera un solide moyen de pression sur chacune de ces familles. Certes, le moyen n'est pas très élégant mais, à la guerre comme à la guerre. Aussi, le général TAKEDA a-t-il élaboré un plan.
Un convoi de moines transportent des reliques sacrées dans le mikoshi. 
   Le caractère sacré du mikoshi rend leurs porteurs intouchables. Le convoi peut donc traverser la frontière sans encombres.

Dans la résidence, les femmes et les enfants insouciants, jouent ou s'entraînent dans le jardin.
Au château Haru, la situation devient sérieuse. La porte principale a achevé de brûler et les premiers assaillants pénètrent dans la première enceinte.
Les assaillants animés par un élan irrésistible, écrasent les défenseurs qui s'opposent à eux.
Dans les postes frontaliers les TAKEDA ont aussi déferlé. Les quelques défenseurs sont submergés.
Bien que mieux défendu, ce poste-ci sera le premier à tomber.
Un système de signaux a permis de prévenir des agents à l'auberge, puis à la résidence.

Les défenseurs du second poste seront progressivement acculés au donjon.
   
La femme de CHIBA Hiraku décide d'évacuer. Tous les otages se rassemblent et quittent la résidence.
   La femme de CHIBA Hiraku ne veut pas prendre le risque que les otages se retrouvent coincés dans la résidence. Elle donne l'ordre d'évacuer. Dépêchant l'escorte vers la passe de la montagne, elle les précipite dans la gueule du loup.
Les faux moines abandonnent leurs apparats et jetant bas le mikoshis, ils révèlent leur véritable nature.

L'escorte engage le combat, permettant aux femmes de fuir vers la forêt.
Le premier poste frontière tombe. Les derniers défenseurs brûlent dans l'incendie du donjon.
Les assaillants prennent pied dans le second poste aussi.
 Bien plus au sud, le combat fait rage. Le moral s'effondre chez les défenseurs et Riemon hésite plusieurs fois à faire sepukku. Ichi cherche une échappatoire mais à chaque fois les issues se referment. Petit à petit les défenseurs reculent vers les niveaux supérieurs du château.


La première enceinte est tombée.

A Gotemba, Hisaki a fait fouiller toutes les maisons, quartier par quartier. Yasuko est introuvable.
    Hisaki, qui s'est vu confier la fouille de la ville accompli son travail méticuleusement. Il n'ose forcer l'entrée du monastère et parlemente avec le maître zen qui lui garantie qu'il n'y a aucune femme répondant au nom de Yasuko à l'intérieur.
Quand OBA Tomasu arrive avec le matériel, les jeux sont faits.
Le château Haru est déjà sur le point de tomber.
Au dernier étage du donjon, HARU Riemon accompli son sepukku.
Alors que toute résistance cesse progressivement. 


 EPILOGUE:

L'effondrement des clans HARU/NAKAGAWA est total. Yasuko a été capturée enceinte de feu-NAKAGAWA. HARU Riemon est mort. Un combat sauvage a opposé Maître Kônen à Yoshimura. Kônen a été tué, Yoshimura a été grièvement blessé. Goroemon a convaincu Ichi, la maîtresse ninja, de rallier le clan HOJÔ plutôt que de disparaître.
Pour Ichi, la défaite est amère, elle a servi tous les NAKAGAWA ne réussissant jamais à empêcher la disparition successive de tous les membres de la famille. Sa loyauté dernière alla ensuite au clan HARU où résidait le dernier espoir de résurrection du clan. Tous les membres de sa famille ont aussi disparu dans les combats et voilà que HOJÔ Yoshimoto, son ennemi de toujours lui propose de se rallier à lui pour refonder un clan de ninja à son service.
   Yoshimoto a encore quelques tours dans son sac. Il veut avoir confirmation que la jeune femme rescapée du château est bien Yasuko. Doutant de tout et de tous, il organise une cruelle mise en scène.
      
La tête coupée de HARU Riemon est mise en évidence sur le passage du général MOTOTAKA.
Sous bonne escorte, celui-ci passe devant, sans esquisser la moindre expression...
... et est confronté à la possible Yasuko, prête à être décapitée.
   Entouré de ses conseillers, HOJÔ Yoshimoto, compte tester successivement Ichi et le général MOTOTAKA en les confrontant à la soi-disant Yasuko.
   Ichi confirme que la jeune femme est bien la fille de Riemon, la seconde épouse de NAKAGAWA Takefusa. Après tout, elle était des intimes du seigneur NAKAGAWA et reste la mieux placée pour l'identifier.
   Puis, après une mise en scène macabre, Yoshimoto fait amener le général. Il passe tout d'abord devant la tête coupée de son seigneur. L'idée était clairement de lui faire comprendre que son échec était total,  de briser tout ses espoirs. Le général MOTOTAKA reste parfaitement maître de lui et ne laisse strictement rien paraître de ses sentiments. Puis, rentrant dans le l'enceinte du maku, il découvre le seigneur Yoshimoto entouré de ses officiers, ainsi que la jeune femme, prête à être sacrifiée.
    Yoshimoto-sama lui demande alors si cette femme est bien Yasuko. Toujours impassible, MOTOTAKA répond que ça n'est pas elle. Tente-t-il de la protéger? Est-il sincère? Les avis des conseillers sont partagés. Alors que Yoshimoto s’apprête à la faire exécuter,  OKUDA Takao intervient et demande que l'on gracie la jeune femme, du moins pour l'instant. Il se dit prêt à la prendre comme seconde épouse et à élever l'enfant dans l'esprit du clan HOJÔ, afin d'en faire un vassal fidèle et montrer à tous le magnanimité du seigneur Yoshimoto.
Yoshimoto sursoit donc à l'exécution. 
   Des entretiens secrets nombreux ont lieu. Des révélations  lui sont faites au sujet du jeu trouble de certains de ses vassaux mais Yoshimoto ne prendra aucune décision hâtive. 
   L'incursion TAKEDA faute de concertation possible avec les HARU aura été assez limitée. Hors la capture des deux postes frontaliers, il n'y aura pas eu poursuite des otages des familles HOJÔ. Là encore, Yoshimoto-sama s'en tire à bon compte. Les TAKEDA seront-ils à même de conserver ces maigres gains face à la puissance grandissante de Yoshimoto? Cette nouvelle expansion va lui permettre de gratifier encore quelques uns de ses serviteurs

BILAN: 

   Une partie surprenante, avec des idées et des rebondissements inattendus. HOJÔ Yoshimoto vole de victoires en victoires avec une chance insolente. Le ralliement d'ICHI à son camp, la mort de HARU Riemon et de KÔNEN me laisse avec un déséquilibre encore plus grand entre les deux camps existants. de 7 joueurs expérimentés contre 5 qui le sont moins, nous passons à 8 contre 4. Heureusement, j'ai de nouvelles idées et peut-être de nouveaux joueurs intéressés en vue. Les 3 mois de préparation du scénario, des quelques figurines et des décors supplémentaires ont été laborieux mais le résultat est à la hauteur. Il y a plein de pistes intéressantes qui se dessinent. Il va pourtant falloir que je trouve un adversaire digne de Yoshimoto, à même de lui offrir plus d'opposition.

   Confirmation est faite de l'intérêt extraordinaire du public de ce salon pour ce que nous proposons. Les questions ont été très nombreuses et le public très intéressé.
   Julien Fontanier, le célèbre youtubeur qui propose des cours de Japonais en ligne nous a fait l'honneur de venir voir notre activité et nous a gratifié d'un gentil "j'ai l'impression d'être au Japon", en voyant nos décors.

Julien Fontanier, proposant une initiation publique au Japonais.
    Un grand merci à Denis, pour tout le matériel apporté, son enthousiasme permanent, aux organisateur donc, et aux visiteurs. Deux journées épuisantes mais super chaleureuses et riches de rencontres.

Aucun commentaire: